Rixe dans la «jungle» de Calais: 40 blessés

FranceUne quarantaine de personnes ont été blessées au total jeudi dans la rixe ayant opposé pendant plusieurs heures quelque 200 réfugiés afghans et soudanais.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les heurts, qui ont commencé vers 16h sous le préau d'un centre d'accueil de jour et se sont poursuivis au sein même de la «jungle», font l'objet d'une enquête par le parquet.

Le bilan s'élève à «40 victimes, dont 13 ont été évacuées sur le centre hospitalier de Calais», a affirmé la préfète (représentante locale de l'Etat) Fabienne Buccio lors d'un point presse jeudi soir aux abords du camp de migrants.

«Trois personnes ont été blessées plus sérieusement et l'une d'elle a été blessée par arme blanche», a-t-elle dit.

Parmi les blessés: 33 migrants, deux CRS, et aussi cinq membres du personnel de la +Vie active+, l'association agréée par l'État pour gérer le centre Jules Ferry et le Centre d'accueil provisoire (CAP) sur le camp, dont une jeune femme blessée plus sérieusement après avoir reçu un projectile au visage, a ajouté Fabienne Buccio.

Situation «stabilisée»

«Une enquête a été ouverte pour violences volontaires avec armes par le parquet de Boulogne-sur-Mer et a été confiée au commissariat de Calais», a affirmé de son côté à l'AFP vendredi le procureur de Boulogne-sur-Mer, Jean-Pierre Valensi, précisant qu'il n'y avait pour le moment encore eu aucune interpellation.

Les secours ont par ailleurs affirmé à l'AFP que la nuit de jeudi à vendredi avait été «calme», la préfecture ayant évoqué jeudi soir une situation «stabilisée».

Au total, 260 policiers et gendarmes ont été mobilisés pour rétablir le calme, selon les autorités locales, ainsi que 70 pompiers, plusieurs médecins et infirmiers, 11 ambulances et deux véhicules de lutte contre l'incendie.

En outre, la préfète a contesté qu'un migrant avait été blessé par arme à feu contrairement à ce qu'avait affirmé dans un premier temps à l'AFP une source policière.

Tensions fréquentes

Quelque 4000 migrants, selon la préfecture, 5000 selon les associations, vivent actuellement dans la «Jungle» de Calais et ses alentours, dans l'espoir de rejoindre la Grande-Bretagne.

Les tensions entre communautés sont fréquentes et plusieurs rixes ont déjà éclaté dans ce camp où cohabitent des réfugiés d'origine diverses, la plupart en provenance d'Afghanistan, du Moyen Orient, du Soudan et de la Corne de l'Afrique.

Mi-mars, 19 migrants avaient été blessés dans une bagarre opposant déjà réfugiés soudanais et afghans.

(afp/nxp)

Créé: 27.05.2016, 10h52

Articles en relation

Un blessé grave dans la «Jungle» de Calais

France Une cabane a pris feu jeudi soir dans le camp de migrants. Son occupant a été héliporté à l’hôpital de Lille. Plus...

Nouveaux incidents à Calais

France Des incidents ont éclaté dans la nuit sur la rocade portuaire de Calais, dans le nord de la France. Plus...

Londres s'inquiète du sort des enfants seuls à Calais

Crise migratoire Environ 150 mineurs sont bloqués dans la «jungle» au nord de la France. La Grande-Bretagne demande à Paris de réagir. Plus...

Cinq agresseurs de migrants écroués

Calais Cinq hommes sont soupçonnés d'avoir violenté, frappé et volé des migrants, en se faisant passer pour des policiers. Plus...

La destruction de la «jungle» de Calais se poursuit

Les travaux de démantèlement du plus grand bidonville de France ont repris lundi pour la deuxième semaine consécutive sous haute protection policière. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.