La route des Balkans fermée, l’Italie se prépare

Migrants L’arrivée record de réfugiés sur son sol inquiète Rome. La route du sud se substituera-t-elle à celle de l’est, désormais close?

Des migrants débarqués d'un bateau dans le port sicilien d'Augusta, le 12 avril 2016.

Des migrants débarqués d'un bateau dans le port sicilien d'Augusta, le 12 avril 2016. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ils sont 235, hommes, femmes et enfants. Secourus mardi au large de la Sicile par le cargo grec Rizopon alors que leurs deux bateaux pneumatiques menaçaient de couler, ils devraient débarquer ce jeudi à Cagliari, en Sardaigne.

Ces rescapés de la mer font partie des plus de 4000 migrants secourus ces trois derniers jours au sud de l’Italie par la Guardia Costiera et les navires du dispositif Frontex en Méditerranée.

Avec ces nouvelles arrivées, le nombre de réfugiés débarqués en Italie depuis le début de l’année atteint déjà 24 000, soit deux fois plus que l’an dernier à la même époque. Si l’afflux de ces malheureux fuyant la guerre et la misère devait se poursuivre à ce rythme, l’Italie pourrait devoir accueillir quelque 300 000 personnes cette année, contre 150 000 en 2015.

Très préoccupant

Pour les autorités italiennes, cette recrudescence des arrivées de migrants est évidemment très préoccupante. Elle pourrait annoncer que la route du sud – dite aussi de la Méditerranée centrale – est en train de se substituer à celle des Balkans, désormais quasi fermée depuis la signature de l’accord de réadmission entre l’Union européenne et la Turquie.

«Le fait qu’il n’y ait presque aucun Syrien, mais surtout des Africains parmi ces 4000 réfugiés arrivés en Italie ces derniers jours semble indiquer que le phénomène ne s’est pas encore produit», tempère Joel Millman, porte-parole de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), dont le siège est à Genève.

«Toutefois, poursuit Joel Millman, les Syriens connaissent cette route qui relie la Libye à l’Italie. En 2014, 42 000 d’entre eux l’ont empruntée pour chercher refuge en Europe. L’an dernier, du fait de la situation en Libye, ils n’étaient plus que 7000.»

Le chaos libyen

Cela dit, si les réfugiés – essentiellement syriens, irakiens et afghans – qui empruntaient la route des Balkans n’ont pas encore rejoint la Libye pour tenter leur chance, d’autres candidats à l’exil attendraient le moment propice sur la rive sud de la Méditerranée. «Le nombre de migrants potentiels en Libye est alarmant», s’est ainsi inquiété mercredi le président du Conseil européen, Donald Tusk, devant le Parlement européen, à Strasbourg, sans donner de chiffres. Selon certaines estimations, le nombre de personnes prêtes à tout pour entreprendre la grande traversée serait compris entre 300 000 et un million. «Je penche plutôt pour le premier chiffre», commente Joel Millman.

Cependant, a encore précisé Donald Tusk, le chaos qui règne actuellement en Libye interdit pour le moment toute transposition de l’accord conclu entre l’UE et la Turquie pour enrayer l’afflux de demandeurs d’asile dans les îles grecques et fermer la «route des Balkans». «En ce qui concerne la route des Balkans, nous avons agi beaucoup trop tard, ce qui a donné lieu, entre autres, à la fermeture des frontières à l’intérieur de l’espace Schengen. C’est pourquoi notre pleine coopération avec l’Italie et Malte est aujourd’hui nécessaire pour éviter que ce scénario ne se reproduise à l’avenir», a poursuivi Donald Tusk.

Structures débordées

En attendant que la situation se décante, l’Italie se prépare, tout en sachant que ses structures sont à la limite de leurs capacités, avec les plus de 111 000 réfugiés qu’elle accueille déjà. Par ailleurs, en plus des quatre hotspots fixes dont elles disposent à Pozzallo, Trapani, Taranto et sur l’île de Lampedusa, les autorités ont mis sur pied un hotspot mobile basé à Catane, dont les fonctionnaires se rendent sur les lieux de débarquement des migrants pour procéder à leur enregistrement. En plus, il est prévu d’ouvrir, toujours en Sicile, une nouvelle structure d’accueil d’ici à un mois. Cela suffira-t-il? On peut en douter.

Créé: 13.04.2016, 19h00

Articles en relation

Avec les premiers migrants renvoyés en Turquie

Accord UE-Ankara Plusieurs centaines de migrants ont été expulsés lundi des îles grecques vers la ville turque de Dikili, sur la côte égéenne. Reportage. Plus...

Premiers transferts de migrants vers la province d’Edirne

Turquie Il y a énormément de journalistes. Des dizaines et des dizaines de caméras sont présentes. Reportage. Plus...

«Ces migrants bloqués à Belgrade font le bonheur des passeurs»

Route des Balkans Reportage dans la région où la fermeture des frontières fait l’affaire des trafiquants, qui ne risquent pas grand-chose en Serbie. Plus...

De jeunes Suisses au secours des milliers de réfugiés massés dans le port du Pirée

Crise migratoire Editorial Des bénévoles réchauffent le cœur des migrants arrivant au port d’Athènes, après un voyage épuisant et sans issue. Plus...

Le désespoir de milliers de réfugiés bloqués en Grèce

Route des Balkans Les frontières se ferment, laissant à la Macédoine et à la Grèce la responsabilité de gérer des migrants de plus en plus nombreux. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.