«S’il est sérieux, Mélenchon doit affronter Hollande lors d’une primaire!»

FranceThomas Piketty, économiste de renommée internationale prône une primaire à gauche pour barrer la droite. Et presse Jean-Luc Mélenchon de jouer l’union.

Thomas Piketty: «Est-ce que vraiment Mélenchon va pouvoir nous dire pendant tout l'automne: c’est super, je fais 15% et Hollande fait 14%! On lui rétorquera: génial, mais les deux autres sont à 30%…»

Thomas Piketty: «Est-ce que vraiment Mélenchon va pouvoir nous dire pendant tout l'automne: c’est super, je fais 15% et Hollande fait 14%! On lui rétorquera: génial, mais les deux autres sont à 30%…» Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

S’il vient de quitter le Conseil économique du Labour de Jeremy Corbyn, c’est uniquement pour des raisons d’emploi du temps, assure Thomas Piketty. La star de l’économie française, auréolé d’une réputation internationale, est une personnalité très demandée: Podemos en Espagne ou le Parti démocrate de Matteo Renzi en Italie le consultent. En France où il passe pour l’un des plus féroces procureurs du quinquennat de François Hollande, la plupart des candidats de la gauche au centre le veulent. Certains le pressent même de se lancer…

Thomas Piketty candidat à la présidentielle 2017?

(Sourire) Non, je n’ai pas envie de ça. Ma vocation est de participer au débat, de questionner les candidats et de contribuer à l’exigence. Fondamentalement, je crois au pouvoir des idées. J’ai des ouvrages à écrire, des recherches à faire, des étudiants à former. C’est au moins aussi important que d’être candidat à des élections. Il y a plein de gens qui sont motivés pour être candidats aux élections, il faut les laisser faire. Il faut les questionner et les tirer vers le haut, pour qu’ils soient meilleurs et qu’ils proposent des programmes précis

Un candidat vous fait-il envie?

Je suis comme tous les Français: j’ai envie de les voir débattre. C’est ce que je dis à tous ceux qui me sollicitent. Concrètement, j’espère qu’il y aura une primaire à gauche pour l’élection présidentielle qui attirera le maximum de candidats. Si François Hollande veut être candidat qu’il le soit, si Valls et Macron veulent être candidats aussi. C’est très bien. Hamon, Montebourg, Marie-Noëlle Lieneman, Christiane Taubira a l’air d’y penser…

Et Jean-Luc Mélenchon?

Jean-Luc Mélenchon, ce serait très bien… Si on passe tout l’automne avec des sondages pour le 1er tour de la présidentielle qui donnent Marine Le Pen 30%, Alain Juppé 30%, et puis derrière Mélenchon et Hollande autour des 15%, est-ce que vraiment Mélenchon va pouvoir nous dire pendant 3 mois: c’est super, je fais 15% et Hollande fait 14%! On lui rétorquera: génial, mais les deux autres sont à 30%… S’il veut être au deuxième tour, il doit battre Hollande dans une primaire, c’est comme ça.

Jean-Luc Mélenchon affronter François Hollande lors d’une primaire à gauche, vous y croyez…

Si Jean-Luc Mélenchon ne passe pas par une primaire à gauche, c’est qu’il n’a pas envie de gouverner. Possible qu’il ait juste envie d’être là pour protester, d’être un tribun, mais cela va apparaître au grand jour. De plus il a davantage de chances de battre Hollande dans une primaire qu’au premier tour d’une présidentielle. Les 3 à 4 millions de personnes qui se déplacent, par rapport aux 10 à 15 millions d’électeurs de gauche d’une présidentielle, sont plus politisées, plus à gauche. S’il est sérieux avec l’idée qu’il veut représenter l’alternative, il doit le faire.

Et Emmanuel Macron peut-il être une alternative?

La popularité d’Emmanuel Macron, qui peut s’effondrer très vite, montre surtout qu’il y a un besoin de renouvellement. On en peut plus de voir toujours les mêmes têtes. La nouveauté est ainsi bien accueillie. Mais la vérité d’Emmanuel Macron est qu’il est coresponsable du désastre économique. Il peut toujours dire si on m’avait écouté tout irait mieux, mais il était le principal conseiller économique de François Hollande. Donc je le trouve gonflé de se dédouaner. Ce serait bien qu’il soit moins langue de bois…

La gauche divisée en France, comme ailleurs, est-ce aussi la conséquence de la mondialisation? Oui, il y a une inertie de la gauche sur le discours. Les enjeux d’aujourd’hui sur la régulation du capitalisme financier, des paradis fiscaux, sur ces problèmes de restructuration de dettes ne sont pas du tout les enjeux des Trente Glorieuses. Dans les années soixante, soixante-dix, il n’y avait pas de dette publique, il n’y avait pas de marché financier. En France, Le problème de la gauche est l’absence de renouvellement des personnes. Prenez François Hollande, il travaillait déjà pour François Mitterrand à la fin des années soixante-dix. Cela fait quarante ans qu’il est toujours dans des appareils politiques: il a fini par confondre la réalité avec la rhétorique.

Créé: 01.07.2016, 19h51

Articles en relation

Vers une primaire socialiste avec l'accord de Hollande

France Le chef de l'Etat devra vraisemblablement passer par une primaire pour briguer un 2e mandat. Plus...

Mélenchon préféré à Hollande pour 2017

France Un sondage publié mercredi place le leader du parti de gauche devant le président en vue de l'élection de l'an prochain. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.