Sarkozy sollicite les Français pour éviter une crise à l'espagnole

Présidentielle française Le président-candidat a demandé jeudi aux électeurs de lui faire de nouveau confiance pour les cinq prochaines années.

L'actuel locataire de l'Elysée réoriente sa campagne sur le terrain économique.

L'actuel locataire de l'Elysée réoriente sa campagne sur le terrain économique. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Nicolas Sarkozy a laissé entendre que si tel n'était pas le cas, la terrible crise de la dette que subissent l'Espagne et la Grèce serait inévitable en France. A seulement 17 jours du premier tour de l'élection présidentielle (22 avril), le président français a présenté un programme complet et chiffré, entamant la dernière ligne droite d'une campagne marquée jusqu'ici par un discours très dur sur la sécurité et l'immigration.

«La situation que connaissent aujourd'hui nos amis espagnols après celle qu'ont connue nos amis grecs nous rappelle à des réalités», a déclaré le candidat de la droite.

Le «festival de dépenses» de Hollande

«Après sept ans de gouvernement socialiste regardez la situation de l'Espagne: l'incapacité à être au rendez-vous des engagements pris, la crise de confiance dans laquelle ce grand pays, l'Espagne, est aujourd'hui emporté», a-t-il ajouté, pour justifier la poursuite des politiques économique et financière très rigoureuses qu'il propose.

Le candidat de l'UMP a montré comme exemple à ne pas suivre la «hausse faramineuse des taux d'intérêt» de la dette espagnole et la «nécessité de baisser les retraites et de diminuer les salaires».

Il a opposé son programme «au festival de dépenses nouvelles» non financées de son principal adversaire, le socialiste François Hollande. Celui-ci le devance toujours largement dans les sondages pour la victoire finale au second tour, alors que les deux hommes sont au coude-à-coude dans les enquêtes concernant le premier tour.

Lettre aux Français

Nicolas Sarkozy va publier à plusieurs millions d'exemplaires une liste de ses principales propositions ainsi qu'une «lettre au peuple français» de 34 pages, a-t-il dit. François Hollande, de son côté, avait présenté fin janvier ses 60 engagements pour la France.

Le président sortant a indiqué qu'il ferait voter «dès l'été 2012», s'il est réélu, la «règle d'or» budgétaire dont le principe a été décidé au niveau européen. Il s'agit de l'inscription dans la Constitution de l'objectif de retour à l'équilibre des finances publiques.

Jusqu'à présent, les socialistes s'y opposent et empêchent ainsi le gouvernement d'obtenir la majorité des 3/5 des parlementaires nécessaire à l'adoption d'un tel texte. Il a ajouté qu'il demanderait également le gel de la contribution française au budget de l'UE, soit une économie de 600 millions d'euros par an.

L'objectif est de parvenir à un équilibre des finances publiques d'ici à 2016. Nicolas Sarkozy a prévenu cette semaine que cet effort de désendettement promis aux partenaires européens se chiffrait au total à 115 milliards d'euros: 75 milliards d'économies et 40 milliards de nouvelles recettes.

Sarkozy creuse l'écart

L'actuel locataire de l'Elysée réoriente ainsi sa campagne sur le terrain économique après avoir concentré le tir sur l'immigration, dont il souhaite la baisse, et sur la sécurité, après l'émotion suscitée par les tueries du jeune jihadiste Mohamed Merah.

François Hollande avait détaillé mercredi lors d'un meeting à Rennes les mesures qu'il prendrait lors de sa première année de mandat, s'il est élu, avec pour mot d'ordre: «le changement commencera tout de suite».

Un changement qui prend la forme de 35 mesures concrètes: blocage du prix des carburants, modification de la réforme des retraites, baisse du salaire du président et des ministres, réforme fiscale avec tranche à 75% pour les revenus dépassant 1 million d'euros annuels.

Dans les intentions de vote pour le premier tour, Nicolas Sarkozy (28,5%, 0,5 point) creuse l'écart avec François Hollande (26%, -1 point), selon un sondage OpinionWay Fiducial publié jeudi. Selon cette étude, le candidat socialiste continue de devancer au second tour le président sortant, avec 53% des intentions de vote (-1 point) contre 47% ( 1 point) pour Nicolas Sarkozy. (ats/nxp)

Créé: 05.04.2012, 23h16

Dossiers

Articles en relation

Sarkozy tancé sur son appart à 3 millions

Vieille histoire Un journaliste a agacé jeudi le président en lui demandant la provenance d'un prêt de 3 millions de francs accordé par l’Assemblée nationale en 1997 pour l’achat d’un appartement à Neuilly-sur-Seine. Plus...

Sarkozy se fait insulter à La Réunion

Présidentielle française Un jeune homme a été interpellé mercredi à l’aéroport de Saint-Denis après avoir insulté Nicolas Sarkozy à son arrivée à La Réunion en lui lançant «pauvre con, pauvre con, on va te faire la mort dans les urnes». Plus...

Sarkozy veut la perpétuité pour les crimes sexuels répétés

Justice Nicolas Sarkozy veut serrer la vis pour les crimes sexuels répétés: la réclusion à perpétuité, contre vingt ans de prison à l'heure actuelle. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.