Sarkozy tancé sur son appart à 3 millions

Vieille histoireUn journaliste a agacé jeudi le président en lui demandant la provenance d'un prêt de 3 millions de francs accordé par l’Assemblée nationale en 1997 pour l’achat d’un appartement à Neuilly-sur-Seine.

«Je suis certainement l’un des hommes politiques qui a été le plus contrôlé sur son patrimoine, avant, pendant et après», a lancé le président-candidat au journaliste de Mediapart.

«Je suis certainement l’un des hommes politiques qui a été le plus contrôlé sur son patrimoine, avant, pendant et après», a lancé le président-candidat au journaliste de Mediapart. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Nicolas Sarkozy s’est défendu de toute irrégularité concernant un prêt de l’Assemblée nationale en 1997 pour l’achat d’un appartement à Neuilly, en accusant d’"obsession" le site internet Mediapart, qui a soulevé le sujet jeudi lors de sa conférence de presse.

"Je suis certainement l’un des hommes politiques qui a été le plus contrôlé sur son patrimoine, avant, pendant et après", a d’abord lancé le président-candidat, remerciant avec ironie et agacement le journaliste de Mediapart pour "cette question très précise sur (son) programme".

La question portait sur un prêt de 3 millions de francs accordé par l’Assemblée nationale et évoqué par M. Sarkozy pour l’achat d’un appartement sur l’île de la Jatte à Neuilly-sur-Seine, ville huppée des Hauts-de-Seine dont il a été le maire de 1983 à 2002.

Or, "non seulement ce prêt ne figure pas dans l’acte de vente, et l’Assemblée nationale déclare qu’un député ne pouvait pas à l’époque emprunter plus de 1,2 million de francs", a soulevé le journaliste de Mediapart. "D’où venaient les 3 millions de francs?" a-t-il demandé au président-candidat.

Un tas d'enquêtes

"Les prêts dont j’ai bénéficié par l’Assemblée nationale, c’était entre 1995 et 1997. A l’époque voyez-vous c’était une majorité de gauche qui se trouvait à la tête de l’Assemblée nationale. Donc si des prêts m’ont été attribués comme à tous les députés, c’est sans doute qu’il devait y avoir de bonnes raisons", a répondu le chef de l’Etat.

Selon Mediapart, l’acte de vente est daté d’octobre 1997, soit quelques mois après la victoire de la gauche aux législatives.

"Pour le reste, j’ai revendu cet appartement, ça avait fait l’objet d’un grand débat en 2006, en 2008. Il y a eu tout un tas d’enquêtes et elles n’ont jamais rien trouvé", a poursuivi M. Sarkozy.

"Mais je reconnais bien là l’obsession de Mediapart sur ma personne, sur mon patrimoine plutôt que sur mes idées. C’est la démocratie, on n’y peut rien", a ajouté le chef de l’Etat, avant de conclure: "Monsieur, adressez-vous à l’Assemblée nationale". (afp/nxp)

Créé: 05.04.2012, 18h30

Dossiers

Articles en relation

Mélenchon investit Toulouse et rêve de 2e tour

Présdientielle française Après sa réunion symbolique sur la Bastille à Paris, le candidat du Front de gauche organise ce soir à Toulouse une nouvelle démonstration de force qui le laisse espérer un second tour le 22 avril prochain. Plus...

Carla Bruni-Sarkozy dénonce la «croisade anti-Sarkozy»

Présidentielle française L'ex top-modèle dénonce "la sempiternelle croisade anti-Sarkozy" d'une partie de la presse en France et défend l'action de son mari à la présidence de la République française dans une interview à paraître jeudi dans Le Nouvel Observateur. Plus...

François Hollande présente sa feuille de route

Présidentielle française Le candidat socialiste a publié mercredi un «agenda du changement» résumant l’ensemble des mesures qu’il compte mettre en oeuvre les premiers mois après son arrivée à la présidence française s’il est élu le 6 mai. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.