Seehofer veut-il entraîner Merkel dans sa chute?

AllemagneLa crise politique s’est poursuivie, lundi à Berlin. Le gouvernement de coalition de la chancelière toujours menacé d’explosion.

Les traits tirés, le ministre de l’Intérieur, Horst Seehofer, quitte le Bundestag après une rencontre avec le président du parlement.

Les traits tirés, le ministre de l’Intérieur, Horst Seehofer, quitte le Bundestag après une rencontre avec le président du parlement. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Horst Seehofer a-t-il l’intention d’emmener Angela Merkel dans sa chute? Le tout Berlin politique restait sidéré lundi soir par la lutte de pouvoir entre les chefs des deux partis conservateurs allemands (CDU et CSU). «C’est une blague, ou bien?» s’interrogeait Ralf Stegner, le vice-président du Parti social-démocrate (SPD), membre de la «grande coalition» de Merkel.

Cette lutte entre la chancelière et son ministre de l’Intérieur, patron des conservateurs bavarois (CSU), n’en finit pas. Mais le différend n’est pas nouveau: il date de 2015 lors de la «crise des réfugiés». Il atteint cette fois son paroxysme et devrait bientôt trouver un épilogue. Le ministre de l’Intérieur, qui a offert sa démission, est remonté sur le ring, lundi, en attaquant la chancelière avant de se rendre à un entretien en tête à tête: «Je ne vais pas me faire limoger par une chancelière qui a eu son poste grâce à moi», a-t-il déclaré au grand quotidien bavarois «Süddeutsche Zeitung».

Dans le fond, les deux protagonistes sont d’accord sur l’objectif de réduire le nombre de réfugiés qui arrivent en Allemagne (1,5 million depuis 2015). «Angela Merkel a déjà complètement changé de politique migratoire avec un durcissement du droit d’asile et un accord important avec la Turquie», constate Markus Linden, politologue à l’Université de Trèves. Finalement, il s’agit d’un désaccord qui concerne seulement quelques milliers de réfugiés enregistrés dans un autre pays de l’Union européenne (UE) et qui ont déposé une demande d’asile en Allemagne. Le ministre veut les renvoyer par principe à la frontière.

Mais une politique unilatérale de l’Allemagne en matière d’asile risquerait d’encourager ses voisins à faire la même chose, rétorque Merkel. La chancelière craint un «effet domino» qui risquerait de mettre fin au principe de libre circulation dans l’Union européenne. La solution doit être négociée au niveau européen comme elle l’a fait en obtenant un accord inespéré, fin juin à Bruxelles.

«Délire d’ego»

Cette crise politique devrait continuer à fragiliser la chancelière qui a déjà eu beaucoup de difficultés à former son gouvernement de «grande coalition» en mars dernier, après six mois de négociations. Ses partenaires sociaux-démocrates (SPD), qui avaient accepté d’entrer au gouvernement par «responsabilité» face au pays, commencent à s’impatienter. La dirigeante du SPD, Andrea Nahles, a dénoncé un «délire d’ego» de la part des Bavarois.

Les sondages révèlent d’ailleurs que deux tiers des Allemands jugent «irresponsable» la stratégie d’affrontement choisie par le ministre de l’Intérieur, accusé de prendre Angela Merkel et l’Europe en otage pour des questions électorales en Bavière. Plusieurs scénarios de sortie de crise son imaginables. La chancelière pourrait réclamer un vote de confiance à l’Assemblée fédérale (Bundestag). Le gouvernement pourrait également imploser et déboucher sur de nouvelles élections.

Enfin, Merkel pourrait demander aux écologistes de venir la sauver en acceptant de la soutenir dans un gouvernement minoritaire sans les Bavarois. Les Verts, qui étaient sur le point de former une coalition après les élections de 2017, n’ont pas exclu cette option.

Créé: 02.07.2018, 22h39

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.