Passer au contenu principal

Crash aérienSoldats hollandais envoyés à la recherche de corps en Ukraine

Il manque toujours trois victimes du crash du vol MH17, abattu en dessus de l'Ukraine en juillet dernier. Les Pays-Bas ont envoyé lundi des soldats à leur recherche.

Des soldats hollandais étaient lundi 2 février en Ukraine pour rechercher les dernières victimes du crash du MH17, disparues depuis juillet dernier. Ils doivent rentrer samedi (archives).
Des soldats hollandais étaient lundi 2 février en Ukraine pour rechercher les dernières victimes du crash du MH17, disparues depuis juillet dernier. Ils doivent rentrer samedi (archives).
Keystone

Un "petite équipe" de soldats néerlandais non-armés se trouvait lundi 2 février dans l'est de l'Ukraine, à l'endroit où s'est écrasé en juillet le vol MH17, a-t-on appris auprès du ministère de la Défense. Ils doivent tenter de ramener de nouveaux restes humains des victimes

Les autorités néerlandaises espèrent de la sorte ramener les restes des trois victimes, sur un total de 298, dont les dépouilles n'ont pas encore été retrouvées.

"Une petite équipe est sur le site du crash MH17", a déclaré à l'AFP Marloes Visser, porte-parole du ministère néerlandais de la Défense, selon laquelle les soldats vont chercher des restes humains que les autorités locales disent avoir rassemblés dans cette zone en proie à un conflit entre forces ukrainiennes et séparatistes prorusses.

Rapatriés samedi

Les soldats ne sont donc pas là pour ratisser une nouvelle fois la zone, l'hiver rendant les recherches impossibles, a souligné la même source. Les restes humains devraient être ramenés samedi par avion aux Pays-Bas.

Près de deux tiers des victimes se trouvant le 17 juillet à bord du vol MH17, qui devait assurer la liaison Amsterdam-Kuala Lumpur, étaient néerlandaises. Seuls les restes humains de trois victimes, toutes néerlandaises, doivent encore être identifiés.

Un missile ?

L'appareil a probablement été abattu par un missile alors qu'il survolait cette région tenue par les séparatistes prorusses. L'Ukraine et les Etats-Unis affirment que l'appareil a été abattu par un missile sol-air fourni aux séparatistes prorusses par Moscou. La Russie a démenti et pointé du doigt les forces ukrainiennes.

L'est de l'Ukraine est en proie à un conflit depuis dix mois. Le week-end qui vient de s'écouler a été sanglant avec une cinquantaine de soldats et de civils tués alors que les négociations de paix tenues samedi pour conclure un cessez-le-feu ont échoué.

Soldats sans armes

Mme Visser a souligné que les soldats se trouvant sur le site du crash n'étaient pas armés : "nous ne faisons pas partie de ce conflit".

Des équipes néerlandaises se sont rendues à plusieurs reprises sur le site du crash mais la collecte des restes humains, des effets personnels et de morceaux de la carcasse a été ralentie par les combats ayant lieu dans cette zone. L'équipe présente en Ukraine a également pour tâche de ramener aux Pays-Bas des effets personnels des victimes, que les autorités locales disent avoir rassemblés.

Les Pays-Bas sont chargés du processus d'identification des victimes, de l'investigation sur les causes du drame ainsi que de l'enquête pénale qui doit déterminer les responsables du crash.

AFP/ELB

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.