Le sursaut de quatre millions de Français barre la voie au FN

RégionalesLe FN ne dirigera pas de région, mais a donné le ton lors d’une campagne tendue. Quatre millions de Français de plus ont voté!

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Finalement, le Front national n’emporte aucune des treize régions alors qu’il était en tête de six d’entre elles dimanche dernier. Au soir de ce 2e tour des élections régionales, c’est une défaite toute relative pour le parti de Marine Le Pen, puisque le FN va compter quelque 300 conseillers régionaux de plus et poursuit ainsi son implantation locale. Scrutin après scrutin, le parti progresse et confirme, hier encore par ce nouveau résultat, le tripartisme en France. Au plan national, cela donne le Parti socialiste (PS) et ses alliés à 35%; Les Républicains (LR) et leurs alliés à 35% et le FN à 30%. Contre 9,17% en 2010.

«Le FN sera désormais la première formation politique d’opposition dans la plupart des régions!» a lancé Marine Le Pen lors d’une courte élocution qui dénonce «un régime à l’agonie». La présidente du FN fustige encore l’hostilité de la classe politique à son encontre. Et notamment celle du premier ministre «possédé par ses emportements et qui a engagé une campagne de calomnie décidée dans les palais dorés de la République». De quoi souligner encore le récit habituel de la connivence de «l’UMPS».

L’événement de ce deuxième tour de scrutin, c’est aussi la hausse de la participation (58,2%). Plus huit points d’augmentation de votants entre les deux tours, il faut remonter à la présidentielle de 2002 pour voir un tel phénomène. Le point commun, c’est évidemment «faire barrage au FN», un mot d’ordre répété comme un leitmotiv durant la semaine. Dans les faits, cela signifie que quatre millions de Français de plus sont allés voter. Le chiffre du sursaut citoyen est impressionnant.

Le PS limite la casse… Ainsi, les deux régions plus particulièrement scrutées, Provence-Alpes-Côte-d’Azur (PACA) et Nord-Pas-de-Calais-Picardie, ont échappé à Marine Le Pen et à Marion Maréchal-Le Pen. Dans le nord, le Républicain Xavier Bertrand, avec 58% des suffrages, profite pleinement du désistement de la gauche. Marine Le Pen, elle, ne progresse que légèrement avec son 42%. Dans le sud, Christian Estrosi (56%) – aussi avec un désistement socialiste en sa faveur – réussit à devancer Marion Maréchal-Le Pen qui pointe tout de même à 45%.

En Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine (Grand Est), le candidat socialiste est resté dans la course. Cette triangulaire rendait le scrutin favorable au frontiste Florian Philippot. Mais le vice-président du FN n’améliore pas son score du 1er tour: 36,5%. C’est encore la tête de liste de l’union de la droite Philippe Richert qui a rattrapé onze points et finit en tête avec 47,6%. Le rebelle socialiste Jean-Pierre Masseret réitère son score de 16%.

Paris région passe à droite

Au final, la gauche garde cinq régions (voir la carte). Un résultat inespéré il y a peu: les socialistes, en effet, craignaient de tout perdre cette année… alors que jadis ils contrôlaient vingt des 21 anciennes régions! C’est un soulagement donc pour les élus socialistes, que le premier ministre Manuel Valls a commenté: «Le danger de l’extrême droite n’est pas écarté!» Mais la gauche perd néanmoins une région à haute teneur symbolique: l’Ile-de-France. Paris et sa région repartent à droite après dix-sept ans de socialisme. Mais la «victoire morale du PS», pas de région FN notamment grâce au retrait des listes socialistes dans deux régions en faveur de leurs vieux ennemis de la droite, ravive les dissensions au sein du PS. Les prochains bureaux politiques s’annoncent houleux.

L’union de la droite, elle, engrange sept régions. C’est évidemment un succès. Elle n’en avait qu’une. Aussi désormais sont à droite le Pays de la Loire, la Normandie, le Nord-Pas-de-Calais-Picardie, le Grand Est, l’Auvergne-Rhône-Alpes, la PACA et... l’Ile-de-France. Le parti présidé par Nicolas Sarkozy peut ainsi se targuer de quelques belles prises (Paris, Lyon et leur région), mais la victoire est en demi-teinte. Et le président du parti a promis de tirer les enseignements de ce scrutin. Là encore les réunions politiques seront animées du côté des Républicains et de leurs alliés. Car l’indéniable progression du FN a ébranlé bien des certitudes.

Xavier Bertrand en héros de la droite

Par Jean-Noël Cuénod Paris Xavier Bertrand prend de l’épaisseur. Non pas en raison de sa silhouette replète mais à cause de son triomphe dans la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie. C’est lui qui a terrassé la cheffe du Front national Marine Le Pen. Elle avait 15 points d’avance au premier tour. Elle a pris 15 points de retard au second.

Xavier Bertrand, candidat du parti Les Républicains (LR) qui a fait campagne sous la bannière du gaullisme social, a profité pleinement du «Front républicain» décrété par le président socialiste François Hollande et surtout son premier ministre Manuel Valls. Sans l’apport massif des électeurs socialistes, mais aussi de ceux du Front de Gauche, du Parti communiste, des Verts, l’ancien ministre du Travail de Nicolas Sarkozy n’aurait jamais pu l’emporter.

Il s’est tissé autour du nouveau président de la région Nord-Picardie de nombreux réseaux denses et de provenances diverses qu’il compte bien utiliser pour régler ses comptes, en premier lieu avec le patron de son parti, Nicolas Sarkozy, qui ne lui a pas facilité la tâche entre les deux tours en attaquant la gauche avec virulence.

Le regard sombre et nullement triomphateur, Xavier Bertrand avertit sans le nommer l’ex-président de la République: «Ici, nous avons stoppé la progression du Front national.» Et ajoute: «Ce que j’ai vécu durant ma campagne m’a profondément marqué. Cela changera à jamais ma façon de faire de la politique.» Le «petit assureur médiocre» moqué par Sarkozy a pris de l’assurance!

Ce lundi, le bureau politique du parti LR se réunit. Pas pour tresser des couronnes à son président. Pour Nicolas Sarkozy, ces élections se concluent par un échec à tous points de vue. Alors que cette formation de la droite devait tout rafler ou presque, LR a dû céder cinq régions au Parti socialiste qui semblait à l’agonie. Certes, la victoire de Valérie Pécresse en Ile-de-France, après dix-sept ans de gestion socialiste, sera brandie comme un étendard. Cela dit, Sarkozy n’a pas cessé de combattre le «Front républicain», alors que son parti n’a dû sa victoire dans trois régions qu’aux électeurs de gauche.

Alain Juppé, le rival No 1 de Sarkozy au sein de LR, ainsi que François Fillon (renforcé par la victoire de son alliée Valérie Pécresse) et Bruno Le Maire, autres adversaires de l’ex-président de la République, s’étaient tenus sur la réserve en attendant le second tour. Ils vont dénoncer la politique très droitiste de Sarkozy, rejoints par un troisième homme qui a pris du galon, Xavier Bertrand.

Créé: 14.12.2015, 10h11

Wauquiez suddèce à Queyranne

Auvergne-Rhône-Alpes bascule à droite. Le président socialiste sortant, Jean-Jack Queyranne, cède son fauteuil au candidat Les Républicains Laurent Wauquiez. Selon Ipsos, ce dernier, soutenu par les centristes, l’emporte avec 40,5% des suffrages, profitant visiblement de la hausse de la participation (57,4%) par rapport au 1er?tour (48,91%). La liste PS, alliée aux écologistes et aux communistes entre les deux tours, obtient 36,8%. Tandis que le frontiste Christophe Boudot enregistre 22,7%. A noter, l’ordre du trio est le même dans les départements de la Haute-Savoie et de l’Ain. Etienne Blanc, député maire de Divonne, l’un des futurs bras droit du nouveau président de région, estime que cette «très large victoire» est due au message de Laurent Wauquiez pour une «politique d’affirmation sur nos fondamentaux ainsi que de fermeté». C’est justement cette politique qui inquiète la gauche. «Nous devons nous préparer à nous opposer à tous les reculs tant sociaux que culturels que la droite extrême va vouloir nous imposer», a réagi Jean-Jack Queyranne. Saluant «l’excellent bilan» de son président «qui ne méritait pas de perdre la région», le maire PS d’Annemasse, Christian Dupessey, se dit à la fois «déçu et inquiet». Il poursuit: «Laurent Wauquiez a fait une campagne proche des termes et des thèses de l’extrême droite. J’espère qu’en tant que président, il ne dérapera pas.»
De son côté, Vincent Lecaillon, qui menait la liste FN en Haute-Savoie, relève que le score de son parti va «vraisemblablement nous permettre de doubler notre nombre d’élus». Marie Prieur (Image: Fortunati)

Articles en relation

La presse française soulagée mais pas rassurée

2e tour des Régionales «Défaite pour tous», ou «élection sans vainqueur», hésite lundi la presse française. Le FN a tout de même triplé son nombre d'élus à près de 6 millions. Plus...

Aucune région FN

Elections régionales en France Les électeurs se sont mobilisés en masse pour faire barrage au parti de Marine Le Pen. Plus...

«Le FN n’aura pas l’Alsace et la Lorraine»

Elections en France Dans le Grand-Est français, Florian Philippot est arrivé en tête au premier tour. L’union de la droite se motive pour rattraper le FN. Reportage. Plus...

«On comprend pourquoi les gens votent pour le FN»

France voisine Avant le second tour des élections régionales de dimanche, les habitants de l’Ain et de la Haute-Savoie se livrent. Reportage. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.