Le suspense bat son plein entre Hollande et Sarkozy

Présidentielle françaiseServi par les événements et auteur d'une campagne efficace et agressive, le président sortant est de retour dans la course, même si le candidat socialiste garde quelques longueurs d'avance.

Les deux candidats devraient logiquement se retrouver au second tour.

Les deux candidats devraient logiquement se retrouver au second tour. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Nicolas Sarkozy peut-il réaliser un renversement de situation inédit dans l'histoire politique récente en France? Les électeurs donneront un début de réponse le 22 avril, premier tour de la présidentielle et première manche de son affrontement avec le socialiste François Hollande.

Fin 2011, certains responsables de son propre camp se demandaient en privé si un autre candidat ne serait pas mieux placé au sein de la droite française. Impopulaire comme aucun autre avant lui, Nicolas Sarkozy était donné perdant au second tour à 40% contre 60% à son adversaire, et à la merci d'une élimination dès le premier tour.

La présidence de la cinquième puissance mondiale devrait échoir à l'un de ces deux hommes, aucun des huit autres candidats n'étant à ce stade en mesure de se qualifier pour le second tour, prévu le 6 mai, selon toutes les enquêtes.

Dans un style provocateur, Nicolas Sarkozy exprime régulièrement sa confiance. "Je vais gagner et je vais même te dire pourquoi. Il n'est pas bon et ça commence à se voir. Hollande est nul!", aurait-il confié récemment à un journaliste du quotidien Le Monde.

Son adversaire répond qu'il n'est pas question pour lui de descendre dans cette "cour de récréation" en répliquant à ce genre d'attaques.

A 57 ans tous les deux, François Hollande et Nicolas Sarkozy ne pourraient être plus dissemblables. Le socialiste est un homme affable, adepte du consensus.

Actualité tragique

Après cinq années de mandat, le sortant a fait le pari de rassembler d'abord son camp, la droite, et tiré parti de son retard dans les sondages pour se présenter, contre toute attente, comme "le candidat du peuple" contre les élites.

Le discours sur l'immigration est dur, de plus en plus proche de celui de la candidate de l'extrême droite, Marine Le Pen. "Nous avons trop d'étrangers sur notre territoire", dit-il.

L'agenda sécuritaire a été dopé par l'actualité tragique, le traumatisme national des sept assassinats du jeune jihadiste français, Mohamed Merah. Les arrestations spectaculaires et médiatisées d'islamistes radicaux se sont multipliées.

Et alors qu'un tiers des Français, déboussolés par une campagne qui ne répond pas à leurs préoccupations premières (emploi, logement), envisagent de s'abstenir, Nicolas Sarkozy affirme au contraire que la mobilisation est au rendez-vous: "Je sens monter la vague", dit-il au Journal du Dimanche.

Face à lui, François Hollande trace son sillon sans à-coup. Ce socialiste réformiste, plutôt modéré, au physique banal et qui se définit lui-même comme "normal", n'a pu émerger qu'après la mise hors course de Dominique Strauss-Kahn, l'ancien directeur du Fonds monétaire international (FMI), accusé de viol par une femme de chambre new-yorkaise.

Percée de Mélenchon

Mais les sondages, qu'il domine depuis près d'un an, sont un peu moins bons ces dernières semaines. Sarkozy serait désormais en tête au premier tour (un peu au-dessous de 30%) devant le socialiste, qui accuse entre 1 et 4 points de retard. Au second tour, Hollande l'emporterait toujours avec entre 53% et 55% des voix.

Surtout, François Hollande est gêné par la percée de Jean-Luc Mélenchon, véritable phénomène de la campagne. Tribun de la gauche radicale, il est crédité de 15% des voix, rassemble des foules impressionnantes et montre l'existence d'un électorat qui ne se satisfait pas du réalisme économique des socialistes.

Candidat d'une "gauche sérieuse qui ne décevra pas", François Hollande a endossé les objectifs de réduction des déficits publics qui sont aussi ceux de la droite. Déficit zéro en 2017, dit-il, lorsque le président sortant parle de 2016.

Le socialiste met davantage l'accent sur de nouvelles recettes fiscales, prélevées sur les plus riches. La droite insiste sur la poursuite de coupes dans les dépenses publiques, dans une Europe plombée par l'endettement.

L'émergence de Jean-Luc Mélenchon et le discours anti-immigration de Nicolas Sarkozy éclipsent aussi Marine Le Pen qui, selon toute vraisemblance, ne rééditera pas l'exploit de son père, Jean-Marie, qualifié au second tour en 2002.

Au centre aussi, c'est la déception. Bien que populaire et estimé, François Bayrou, troisième homme en 2007 avec 18,6% des voix, pourrait cette fois-ci devoir se contenter de la cinquième place. (afp/nxp)

Créé: 08.04.2012, 21h40

Dossiers

Articles en relation

Nicolas Sarkozy: «Je sens monter la vague»

Présidentielle française Confiant en ses chances de l'emporter, le président sortant se déclare prêt à participer à deux débats télévisés entre les deux tours. Il affirme ne pas croire à un désintérêt des Français pour la campagne électorale. Plus...

Hollande cherche à contenir l'effet Mélenchon

Présidentielle française François Hollande appelle avec insistance au vote utile au 1er tour. Le candidat socialiste voit sa cote de popularité s'effriter même s'il est toujours donné gagnant au 2e tour face à Nicolas Sarkozy. Plus...

Sarkozy sollicite les Français pour éviter une crise à l'espagnole

Présidentielle française Le président-candidat a demandé jeudi aux électeurs de lui faire de nouveau confiance pour les cinq prochaines années. Plus...

Sarkozy tancé sur son appart à 3 millions

Vieille histoire Un journaliste a agacé jeudi le président en lui demandant la provenance d'un prêt de 3 millions de francs accordé par l’Assemblée nationale en 1997 pour l’achat d’un appartement à Neuilly-sur-Seine. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.