Les syndicats lancent la bataille des retraites

FranceAvec 800'000 manifestants, la grève annoncée a tenu ses promesses. Quelle sera désormais la réplique du gouvernement?

La mobilisation était générale. Jeunes et vieux, tous expriment une insatisfaction qui dépasse les retraites.
Vidéo: AP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un grand mouvement social, c’est comme un champ de bataille: deux armées face à face, des rapports de force, et puis des généraux qui tentent une stratégie. Jeudi 5 décembre, au premier jour de la grande bataille des retraites, le général Macron n’avait d’autre choix que laisser le terrain à l’adversaire. Face aux troupes supérieures en nombre des grévistes, le mot d’ordre était au repli stratégique: laissons-les avancer! Laissons-les user leur force et tirer leurs munitions tandis que nous reculons. La semaine prochaine, après cinq ou six jours de fatigue et de grève, on pourra organiser la contre-attaque…

Ce jeudi matin donc, Emmanuel Macron avait ostensiblement réuni un Conseil des ministres à l’Élysée, comme si de rien n’était. D’ailleurs, Paris est calme, très calme, loin du chaos qu’on pouvait craindre. Pourtant, la grève des transports est très largement suivie : 9 TGV sur 10 supprimés, 14 lignes de métro sur 16 fermées ou fortement perturbées, la plupart des stations cadenassées, les gares désertes… Plus de la moitié des écoles sont également fermées, et au niveau national 26% des agents de la fonction publique font grève…

Le calme d’abord

Mais en ville, la circulation est fluide et les taxis plus nombreux que d’habitude. «Ça roule étonnamment bien, même sur le périphérique», constate un chauffeur. Tout au plus voit-on ici ou là un bus pris d’assaut par des usagers qui se pressent et empêchent la fermeture des portes. Le conducteur attend, sans s’énerver… Dans l’ensemble, les 12 millions de voyageurs quotidiens de la RATP ont manifestement pris leurs dispositions: télétravail, congé, nuit à l’hôtel ou chez des amis…. Rares sont ceux qui se sont rabattus sur leur voiture, par crainte des bouchons.

Peu avant midi, la place de la gare de l’Est est encore paisible. Deux heures plus tard, elle est submergée. C’est de là que le cortège doit partir, direction République et Nation. Annick et Jean-François, un couple d’enseignants retraités, sont là pour défendre un niveau de protection sociale qu’ils estiment menacé: «La France vit sur les acquis du Conseil national de la Résistance, mais on a un gouvernement qui veut nous aligner sur les pays néolibéraux. Dans tous les pays où la retraite aux points existe, le nombre de pauvres augmente.»

La France, paradis des retraités? Sortons de la manif quelques instants et demandons à Monika Queisser, experte sur les questions de retraite à l’OCDE, ce qu’elle en pense. «En France, le taux de pauvreté chez les retraités est de 3,4%, c’est remarquablement bas, car la moyenne des pays alentour est d’environ 10%.» Subitement, elle ajoute: «Je dois dire que j’ai été surprise par le bas niveau des retraites en Suisse. Certes, on ne compte pas le surobligatoire du deuxième pilier, mais chez vous, le taux de pauvreté des retraités est à 19,5%.»

D’autres chiffres? Les Français sortent très tôt du marché du travail, en moyenne à 60,8ans, avant même l’âge de la retraite officielle (62 ans), en partie en raison du chômage, en partie en raison des régimes spéciaux. Les Suisses, eux, travaillent en moyenne très légèrement au-delà de l’âge officiel. Enfin, la France consacre 14,3% de son PIB aux retraites, contre 10,1% en Allemagne et 6,8% en Suisse. Résumé? «Le système français assure une très bonne protection, mais il y a beaucoup d’inégalités, il est peu lisible, et le gros défi est d’augmenter la part de l’emploi chez les seniors.» Foule impressionnante

Retour à la gare de l’Est. La foule est énorme, impressionnante. Ici, on ne partagerait que modérément les analyses de l’experte de l’OCDE. Il y a beaucoup d’enseignants, d’étudiants, mais aussi un ouvrier métallier, une patronne de bar, un intermittent éclairagiste, une employée municipale ou même un conseiller financier indépendant spécialiste en acquisition d’entreprises…

Certains combattent le projet de réforme, mais à vrai dire la plupart expriment une insatisfaction plus générale, la volonté de peser sur le gouvernement Macron – les retraites ne sont qu’un élément, parfois presque secondaire.

700 casseurs

Dans cette foule très calme, un groupe de 700 casseurs incendie un véhicule et affronte la police près de la place de la République, puis ils se replient à Nation pour reprendre leur guérilla urbaine – des images devenues habituelles... Selon le Ministère de l’intérieur, 806'000 manifestants se sont mobilisés en France, dont 65'000 à Paris. Ils appellent déjà à une nouvelle manifestation mardi, alors que le ministre chargé de la réforme sera censé présenter sa synthèse. La grande bataille des retraites entrera alors dans une nouvelle phase...

Créé: 05.12.2019, 22h12

Articles en relation

Grève en France: Cointrin s'attend à des retards et annulations

Transport L'aéroport de Genève et les CFF s'attendent à des annulations et des retards dans les jours à venir. Plus...

La France se prépare à laisser éclater sa colère

Grève Écoles fermées, métros bouclés, trains supprimés, jusqu’où la grève portera-t-elle? État des lieux à la veille du jour J. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.