Traiter Finkielkraut de «sale sioniste», antisémite ou pas?

FranceLe «gilet jaune» qui avait couvert le philosophe d’injures n’en démord pas, c’était une colère légitime, pas de la haine.

Le philosophe Alain Finkielkraut lors de son arrivée au tribunal, mercredi.
Vidéo: PHILIPPE LOPEZ/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Benjamin W. est-il un représentant de ce que certains appellent «le nouvel antisémitisme»? Est-il la mue new look de l’éternel antisémite, quelqu’un qui ne crache plus «youpin» ou «sale Juif» mais qui se contente de dire «sioniste», et qui derrière ce mot, qui n’a rien d’une injure, dissimule en réalité une haine inavouable contre les Juifs et leur pouvoir tentaculaire? C’est la question que la 17e Chambre correctionnelle du Tribunal de Paris va devoir trancher et qui l’a occupée lors d’une longue séance mercredi après-midi.

Les faits remontent au 16 février, lors d’une manifestation des «gilets jaunes» à Paris. Des manifestants reconnaissent le philosophe Alain Finkielkraut croisé par hasard, et soudainement les insultes pleuvent, avec des attitudes menaçantes qui conduisent un groupe de policiers à s’interposer. Parmi ceux qui hurlent, Benjamin W. se distingue par sa virulence: «Sale merde», «sale race», «sale sioniste», «espèce de raciste», «espèce de haineux», «tu vas aller en enfer», «Dieu va te punir». «La France est à nous», dit-il en montrant son keffieh autour du cou, foulard symbole de la lutte palestinienne…

Coupable idéal?

La scène est brève, elle ne dure qu’une poignée de minutes, mais filmée par plusieurs téléphones portables elle va déclencher une émotion considérable. Plusieurs manifestants ont participé à l’agression, pourtant seul Benjamin W. a été identifié et inculpé. Le coupable idéal, estiment ses avocats: de père algérien et mère alsacienne, lui-même père de 5 enfants, il s’est converti musulman il y a 10 ans, il est barbu, on l’a prétendu proche des salafistes, alors que ces contacts sont anciens et ont été brefs.


Lire aussi: [VIDEO] Tous ces gilets jaunes condamnés


Mercredi, quand il arrive au procès, regard inquiet et sueur au front, il ne dit pas un mot aux journalistes. Établi à Mulhouse, il a perdu l’emploi qu’il occupait à Genève, licencié à cause de l’affaire. Devant la Cour, il lâche: «J’ai été touché par cette histoire, de la manière dont les médias m’ont traité. J’ai eu des menaces de mort, je me suis senti une victime.»

Pas de remords

Des remords? On n’en entendra pas. Qu’il ait injurié Alain Finkielkraut, il ne le conteste pas, mais c’était à cause de ses idées, pas du fait qu’il soit Juif. Pour lui, le sionisme, «c’est la politique d’Israël envers la Palestine», qu’il considère comme un crime. «Je suis pour que le peuple palestinien retrouve ses terres et je suis contre la politique de Benyamin Netanyahou.» La raison de sa colère contre Alain Finkielkraut tient aussi aux idées qu’il défend sur l’immigration musulmane qui menacerait la culture française. «La France est à tout le monde, sauf aux haineux, aux racistes, à ceux qui poussent à la division, explique Benjamin W. d’une petite voix à peine audible. Lui (Alain Finkielkraut), il divise la France, il crée la haine.»

– Et vous, ce n’était pas de la haine, vos propos? demande une juge.

– Non, c’était un énervement. Je parlais avec passion, avec mon cœur.

Ce n’est pas ce qu’on éprouve à voir les vidéos, et ce n’est pas ce qu’a vécu Alain Finkielkraut. Venu témoigner bien qu’il ait refusé de se porter partie civile, il relève que «depuis 1981» il plaide pour la solution à deux États entre Israël et la Palestine et qu’il avait soutenu l’initiative de Genève, «ce qui m’a valu d’être en délicatesse avec une partie de la communauté juive». Dans ces conditions, le traiter de sioniste n’a plus rien à voir avec un désaccord politique. «Quand c’est une injure et que ça consiste d’un côté à diaboliser Israël, à le nazifier, et d’un autre côté à accuser les sionistes de conspirer pour la domination du monde, alors oui, l’antisionisme est la nouvelle mouture de l’antisémitisme.»

Lobby sioniste

Et justement, lors de son audition le prévenu développe des thèses qui vont dans ce sens. Quand le président lui demande quel lien il voit entre une manifestation des «gilets jaunes» et une dispute sur Israël, il y a un long silence, puis Benjamin W. explique: «Il y a une influence du sionisme en France. Il y a des gens qui dirigent la France d’en haut, et qui nous font souffrir en bas. On est dirigés par le lobby sioniste.»

La procureure de la République a requis une peine de 6 mois avec sursis, sans amende, tandis que les avocats de Benjamin W. plaident la relaxe. Le jugement sera rendu le 12 juillet.

(24 heures)

Créé: 22.05.2019, 22h31

Articles en relation

[VIDEO] Tous ces gilets jaunes condamnés

Justice Le procès contre un manifestant pour injures à caractère antisémite envers Alain Finkielkraut débute aujourd'hui Plus...

«Alain Finkielkraut a eu la moitié de ce qu’il cherchait»

France Les participants à Nuit debout rejettent toute responsabilité dans les violences en marge du mouvement. L’expulsion de Finkielkraut de la Place de République est une réponse à ses «propos insultants» Plus...

[VIDEO] «L'antisionisme est la nouvelle mouture de l'antisémitisme»

Vidéo La réaction d'Alain Finkielkraut au procès d'un gilet jaune accusé d'injures à caractère antisémite Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.