Le tueur de Chevaline aurait éliminé les témoins d'un drame local

Énigme policièreEntrée en fonction en octobre, la nouvelle procureure d'Annecy dit apporter un regard nouveau. Le Parisien écrit que le cycliste aurait été tué le premier.

Image: Lucien Fortunati (Archives)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'arrivée début octobre d'une nouvelle procureure à Annecy a ravivé la curiosité des médias sur l'énigme du quadruple meurtre survenu le 5 septembre 2012 tout près du hameau de Chevaline, sur la commune de Doussard, au sud du lac d'Annecy. Dans une interview publiée le 5 octobre par l'hebdomadaire Le Messager, la magistrate Véronique Denizot, qui succède à Eric Maillaud, muté à Clermont-Ferrand, déclare: «J’espère que ça ne deviendra pas une énigme judiciaire. Il y a du changement, avec l’arrivée d’un nouveau juge d’instruction et la mienne, on peut apporter un regard nouveau.»

L'hypothèse locale relayée par Le Parisien

Ce vendredi 21 octobre, c'est Le Parisien qui revient sur le sujet. Selon le journal, qui est décliné en de multiples éditions régionales sous le titre Aujourd'hui en France, le mystérieux tueur de Chevaline, qui a abattu de 21 coups de feu trois membres de la famille britannique Al-Hilli en villégiature au sud du lac d'Annecy et le cycliste Sylvain Mollier, aurait ciblé le sportif en premier.

«On n'est peut-être pas si loin d'une vérité», dit Véronique Denizot, citée par le journal en conclusion d'un long article.

Après avoir éliminé de multiples pistes, les enquêteurs se concentreraient selon Le Parisien sur une piste locale. Deux éléments motivent la police. Le premier concerne l'arme utilisée, un pistolet Luger P06 de 7,65 mm, fabriqué à 56'028 exemplaires dans une «Waffenfabrik de Berne (Suisse)»; une arme, écrit Le Parisien, qui se passerait discrètement de père en fils depuis le maquis savoyard de la seconde guerre mondiale. La France a envoyé des commissions rogatoires en Suisse dans l’espoir de reconstruire l'histoire de cette arme. Le second élément est une certitude, celle acquise par la police: la voiture de la famille Al-Hilli n'était pas suivie lorsqu'elle est arrivée au Martinet, près du village de Chevaline.

La piste que semblent désormais privilégier les enquêteurs est celle de l'élimination de témoins. La famille Al-Hilli, installée dans un camping depuis deux jours, serait arrivée sur les lieux du drame par hasard. «Ils musardent sur les routes des villages de Chevaline, Doussard et Arnand avant de monter au Martinet», raconte Le Parisien. Le père Saad gare son break tout près du panneau d'informations de l'Office des forêts. Il est alors 15h35. L'aînée des filles, souvent malade en voiture, est assise sur le siège avant du passager. Elle aurait suivi son père à l'extérieur.

Père et fille se sont-ils retrouvés nez à nez avec le tueur qui vient d'abattre le cycliste? Paniqué, le père aurait tenté de fuir. Lors de la manoeuvre, son véhicule aurait accroché et traîné le corps du cycliste avant de s'embourber. On connaît la suite tragique.

Créé: 21.10.2016, 16h37

Le drame a eu lieu sur la commune de Doussard, tout près du hameau de Chevaline.

Sur Twitter



Articles en relation

Tuerie de Chevaline: le mystérieux motard hors de cause

France Les enquêteurs ont diffusé largement le portrait-robot d'un motard au casque «très particulier» en 2013. L'homme, identifié, vient d'être innocenté. Plus...

L'ex-suspect de Chevaline: «Qu'on me laisse travailler en Suisse»

France voisine Interrogé dans le cadre du meurtre de Chevaline, Eric Devouassoux, qui travaillait dans la surveillance à Genève, a décidé d'écrire à François Hollande. «Je n'ai plus d'argent», explique-t-il. Plus...

Eric Maillaud n’oubliera jamais Chevaline

Portrait Rencontre avec le procureur de la République du Tribunal de grande instance d’Annecy. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.