L'UE douche les espoirs britanniques

BrexitLe président du Conseil européen Donald Tusk estime que la position britannique est «basée sur une pure illusion».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La vision britannique de sa future relation avec l'UE après le Brexit est «basée sur une pure illusion», a critiqué vendredi le président du Conseil européen Donald Tusk.

«Je suis heureux que le gouvernement britannique semble aller vers une position plus détaillée, toutefois si ce que rapportent les médias est vrai, je crains que la position britannique ne soit basée sur une pure illusion», a affirmé M. Tusk, qui préside l'instance regroupant les dirigeants des Etats membres de l'UE, à l'issue d'un sommet informel des 27 (sans le Royaume-Uni) à Bruxelles.

Une déclaration qui a aussitôt poussé son collègue et président de la Commission Jean-Claude Juncker à ironiser: «Vous avez vos gros titres pour demain», a-t-il lancé aux journalistes.

Londres veut gagner sur tous les plans

Jeudi soir, la Première ministre britannique Theresa May avait retrouvé ses principaux ministres pour une réunion marathon de huit heures, au cours de laquelle elle a exposé ses plans pour un accord «qui fonctionne pour toutes les composantes du Royaume-Uni (...) et permette les échanges commerciaux les plus souples possibles», selon son porte-parole.

Londres affirme vouloir quitter le marché unique et l'union douanière, mettre fin à la liberté de circulation des migrants et à la juridiction de la Cour européenne des droits de l'Homme. Dans le même temps, Theresa May veut négocier un accord qui réduirait autant que possible les droits de douane et les démarches administratives.

Donald Tusk a fustigé le «retour» d'une «philosophie» visant à vouloir gagner sur tous les plans. «Depuis le tout début, c'est un des principes clés de l'UE à 27 qu'il ne peut y avoir de sélectivité et de marché unique à la carte. Cela continuera à être un principe clé, je n'en doute pas», a martelé M. Tusk.

Dans ces négociations sur le partenariat qui unira les deux parties après le Brexit et la période de transition post-divorce, l'UE insiste pour que les principes fondamentaux restent indissociables, en particulier la liberté de circulation pour les biens et les services et celle des personnes. Mme May doit préciser officiellement la position du Royaume-Uni le vendredi 2 mars. (afp/nxp)

Créé: 23.02.2018, 20h26

Articles en relation

Un nouveau parti anti-Brexit lancé à Londres

Angleterre Le mouvement centriste «Renew» a pour objectif de «renverser le Brexit». Il affirme pouvoir aligner plus de 300 candidats aux prochaines législatives. Plus...

Boris Johnson contre une remise en cause du Brexit

Grande-Bretagne Le ministre britannique des Affaires étrangères avertit sa classe politique contre toute volte-face sur la sortie de l'UE. Plus...

Le Brexit affectera la croissance irlandaise

Etude La croissance irlandaise va ralentir dans tous les cas avec le Brexit, selon une étude parue mardi. Plus...

Brexit: Londres accuse l'UE de «mauvaise foi»

Royaume Uni Le ministre britannique chargé du Brexit, David Davis est sorti de ses gongs jeudi soir et critique Bruxelles. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.