Valls dénonce le blocage des sites de carburant

FranceLe premier ministre a qualifié de «chantage» les actions de la CGT. Le syndicat proteste contre la loi travail.

Des salariés en grève interdisent l'accès à la raffinerie de Donges, dans l'Ouest de la France.

Des salariés en grève interdisent l'accès à la raffinerie de Donges, dans l'Ouest de la France. Image: Jean-Sebastien Evrard/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le ton est monté d'un cran lundi entre le gouvernement et la CGT qui durcit sa contestation de la loi travail pour obtenir son retrait. Face au mouvement de grèves et blocages de raffineries et aux difficultés croissantes d'approvisionnement, Manuel Valls a accusé le syndicat de «dérive» et de «chantage».

Toute la journée, plusieurs ministres sont montés au créneau pour critiquer le syndicat, en pointe contre le projet de loi El Khomri depuis le 9 mars. Avant la huitième journée nationale de mobilisation programmée jeudi par l'intersyndicale, le numéro un de la CGT Philippe Martinez a lui déploré que le gouvernement choisisse «de bomber le torse, (de) gonfler les muscles» au lieu d'être à «l'écoute de ceux qui ne sont pas contents».

Tirs en Isère

Signe de la tension régnant dans le pays, des tirs à l'arme automatique d'origine inconnue ont visé le siège de la fédération socialiste de l'Isère. Douze impacts de balles de calibre 9 mm ont été retrouvés dans la nuit de dimanche à lundi sur la devanture de ce bâtiment situé à Grenoble et une enquête a été ouverte.

«Depuis des semaines, nous appelons l'ensemble de la classe politique et des responsables syndicaux à réagir à cette dérive funeste inconnue depuis les années 30. Un nouveau seuil a été franchi cette nuit», peut-on lire dans un communiqué du premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis.

«Chantage» dénoncé

En déplacement en Israël, le Premier ministre Manuel Valls a exprimé son «souci face à la dérive de la CGT ou une partie d'entre elle». Il est «inacceptable d'imposer ce chantage», a-t-il dit, en assurant que les dépôts seraient «débloqués».

Plus tôt, le ministre des Finances Michel Sapin avait fustigé une CGT qui, «pour des raisons souvent internes, s'est extraordinairement durcie et qui n'est que dans la protestation». S'il est «légitime de protester contre un texte de loi», à un moment donné cela devient «illégitime», avait-il jugé.

Même ton chez le ministre de l'Economie Emmanuel Macron pour qui «il y a une France qui travaille, une France qui produit, une France qui croit en son avenir et il faut la laisser avancer».

20% des stations services en difficulté

Mais pour le chef de la CGT, invité de Canal , lorsque les salariés ne sont pas entendus, «ils passent à la vitesse supérieure». Lundi, six des huit raffineries françaises ont été affectées comme plusieurs dépôts de carburant dans le nord-ouest et le sud-est de la France, provoquant des difficultés d'approvisionnement, en particulier dans le grand ouest et le nord.

Selon le secrétaire d'Etat aux Transports, Alain Vidalies, «autour de 20% des stations sont fermées ou en grande difficulté» (sur 12'000). Et alors que les problèmes se concentraient surtout dans le Nord et l'Ouest dimanche, de nouvelles régions étaient touchées lundi, a-t-il précisé, notamment le Sud-Ouest où 13% des stations étaient fermées.

Dans la soirée, le personnel du terminal pétrolier du Havre, qui représente 40% des importations, a voté massivement pour la grève. Du côté des ports, où le principal appel à la grève concerne la journée de jeudi, les dockers participaient localement au blocage de dépôts pétroliers, comme celui de Donges, près de Nantes ou de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône).

Recul de la mobilisation des routiers

En revanche, le mouvement des routiers, lancé il y a une semaine, semblait en perte de vitesse après les garanties apportées par Alain Vidalies sur le paiement de leurs heures supplémentaires.

Côté rail, la grève n'était plus suivie lundi que par un faible nombre de cheminots SUD-rail. Motivé en premier lieu pour peser sur les négociations en cours au niveau de la branche et à la SNCF sur l'organisation du travail, le mouvement devait retrouver de la vigueur mercredi, avec le retour des grévistes suivant l'appel de la CGT-Cheminots à débrayer tous les mercredis et jeudis. La SNCF communiquera ses prévisions de trafic mardi.

Une neuvième journée de mobilisation est déjà programmée le 14 juin. Lassé de ce conflit, le patronat a lancé un appel au gouvernement. Le Medef et la CGPME, rejoignant l'UPA (artisans et commerçants), ont demandé au gouvernement de rétablir «l'Etat de droit» pour «garantir aux salariés et entrepreneurs leur capacité de travailler». (ats/nxp)

Créé: 23.05.2016, 20h36

Articles en relation

Manuel Valls au plus bas dans les sondages

France Le Premier ministre fait les frais de sa volonté d'imposer la réforme du code du travail, décriée par une partie de la population. Plus...

France: mobilisation le 14 juin pendant l'Euro

Loi Travail Les journées du 26 mai et du 14 juin seront difficiles en France. Les syndicats ont décidé de se mobiliser une nouvelle fois contre la loi Travail. Plus...

Plusieurs villes françaises se mobilisent

Loi Travail L'Hexagone va vivre une semaine difficile avec de nouvelles manifs contre la loi Travail. Des perturbations sont attendues dans les airs, sur les routes et dans le rail. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...