Passer au contenu principal

Valls n’est pas investi par En Marche! mais il n’aura pas de candidat face à lui

Pour les législatives, La République en marche a désigné 428 premiers candidats sur 577, pour moitié sans mandat électif.

L'ancien premier ministre Manuel Valls a eu chaud. Le mouvement d'Emmanuel Macron s'est montré clément en ne lui opposant pas de candidat.
L'ancien premier ministre Manuel Valls a eu chaud. Le mouvement d'Emmanuel Macron s'est montré clément en ne lui opposant pas de candidat.
Reuters /Gonzalo Fuentes

«On ne claque pas la porte au nez d’un ancien premier ministre. La candidature de Manuel Valls a été examinée respectueusement. Elle ne répond pas aux critères fixés pour tous nos candidats, puisqu’il a fait trois mandats parlementaires. Mais nous n’investirons pas de candidat face à lui.» La réponse du mouvement qui soutient le président élu, Emmanuel Macron, aux offres de services de Manuel Valls était très attendue mercredi, lors de la présentation de 428 candidats. Elle est ferme mais sans déclaration de guerre, puisque La République en marche ne présentera pas de candidat dans sa circonscription d’Evry.

Richard Ferrand, secrétaire général d’En Marche!, a insisté jeudi sur la physionomie des 428 candidats investis, qui devaient répondre à cinq critères de probité, de renouvellement et d’adhésion au projet d’Emmanuel Macron. «Notre mouvement marche sur deux jambes: le rassemblement et le renouvellement», expliquait Richard Ferrand. Il y a donc, parmi ces candidats, des élus locaux de droite et de gauche, du parti de François Bayrou, allié d’En Marche!, 24 députés PS sortants et pour l’instant aucun député sortant LR. Cependant, 148 circonscriptions restent à pourvoir: une porte reste donc ouverte à d’éventuels ralliements à droite. La nomination du premier ministre, lundi, pourrait peser sur la décision de certains élus Républicains de rejoindre l’aventure.

En Marche! a par ailleurs respecté sa promesse de renouvellement en accordant l’investiture pour moitié à des candidats issus de la société civile, c’est-à-dire sans mandat électif. Ce qui est totalement inédit en France.

Parmi eux, Joachim Son Forget, radiologue et référent EM! pour les Français de Suisse, Gaspard Ganzer, le chargé de communication du président Hollande, le mathématicien, médaillé Fields, Cédric Vilani et Eric Halphen, ex-juge d’instruction et écrivain.

En outre, comme annoncé, la parité parfaite homme-femme a été respectée. Le plus jeune des candidats a 24 ans, la plus âgée 72 ans, pour une moyenne d’âge s’établissant à 46 ans, quand l’actuel âge moyen des députés est de 60 ans.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.