Les Vaudois ont voté Macron, les Genevois Fillon

Présidentielles 2017Les deux politiciens arrivent également en tête dans les communes françaises frontalières.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Près de deux tiers des Français des cantons de Vaud et de Genève ont donné dimanche leur voix à Emmanuel Macron ou François Fillon. Si le candidat d’En Marche! a été plébiscité par les Vaudois, son concurrent des Républicains a pu compter sur le soutien massif (près de 35%) des Genevois, qui ont visiblement fait fi de ses nombreuses casseroles. Un score spectaculaire qui a de quoi surprendre dans un pays où les scandales qui l’ont éclaboussé auraient été rédhibitoires.

Pour voir l'infographie en grand, cliquez ici.

Le politologue Pascal Sciarini et le sociologue Sandro Cattacin n’ont pas d’explication toute faite à ce phénomène. Ils esquissent néanmoins quelques pistes d’analyse. «Les Français de Suisse ont un niveau socio-économique élevé qui correspond à un profil libéral, on peut alors imaginer que par intérêt personnel, ils votent davantage à droite», avance Pascal Sciarini. En ignorant la mise en examen du candidat? «Ils ont choisi de davantage favoriser le programme plutôt que la probité du candidat», constate le politologue. Pour Sandro Cattacin, il s’agit d’un choix par défaut: «François Fillon était le seul à défendre les valeurs conservatrices.»

Les Genevois, les plus libéraux
Comment expliquer cependant que le candidat des Républicains ait davantage convaincu les Genevois que les Vaudois? Selon le sociologue, si Macron et Fillon séduisent tous deux des électeurs hautement qualifiés, ils n’attirent pas les mêmes profils. «Les indépendants et les personnes plus âgées votent pour le Républicain tandis que les managers et les cadres sont tentés par le candidat d’En Marche!, détaille sociologue. Il est donc possible que Genève compte davantage de Français issus de professions libérales que le canton de Vaud.» Une autre explication est avancée par Sandro Cattacin pour expliquer le résultat genevois: l’influence de la France voisine, historiquement positionnée à droite. «La candidature de François Fillon a peut-être bénéficié de davantage de crédibilité dans certaines discussions.»

Macron, le plus suisse
Si les Vaudois ont élu très majoritairement Emmanuel Macron, l’écart entre le jeune politicien et les autres candidats s’avère encore plus important dans le reste de la Suisse. Selon les résultats du consulat de Zurich – qui rassemble les électeurs de toute la Suisse alémanique et du Tessin – le nom du vainqueur du premier tour a été glissé dans l’urne par plus de 45% des votants! «Emmanuel Macron est le candidat dont la manière de concevoir la politique ressemble le plus à ce qui se fait en Suisse, analyse Pascal Sciarini. Il veut constituer des coalitions larges et chercher des compromis entre les différentes parties.»

Le modèle suisse aurait-il pu à son tour influencer les communes frontalières, où Emmanuel Macron et François Fillon se retrouvent très souvent en tête, malgré un positionnement global des départements à l’extrême droite (Ain, Jura, Doubs)? Pierre Bréchon, professeur de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble, n’écarte pas un «effet zone frontalière». Mais selon lui, celui-ci relèverait davantage de la composition sociologique de la population plutôt que d’une influence de la démocratie suisse.

Marine Le Pen séduit peu

Si les scores de Macron et Fillon en Suisse sont largement supérieurs à leur moyenne dans l’Hexagone, celui de Marine Le Pen en revanche plonge. La candidate du Front national n’a recueilli que 8,5% des suffrages en Suisse romande et 6% en Suisse alémanique. «Marine Le Pen séduit les personnes défavorisées ou désillusionnées que la mondialisation effraie, une catégorie très peu représentée parmi les électeurs suisses», observe Pascal Sciarini. Sandro Cattacin ajoute que les ressortissants de l’Hexagone qui vivent à l’étranger n’ont aucun intérêt à voter pour le Front national. «Ils craignent d’être victimes d’une politique protectionniste», précise-t-il. (24 heures)

Créé: 25.04.2017, 06h47

Articles en relation

Macron face à une élection imperdable

Présidentielle française Le candidat d’En Marche!, rallié par tous, peut-il échouer le 7 mai? Et sa dynamique sera-t-elle suffisante lors des législatives face aux partis revanchards? Plus...

La droite paie les affaires

Présidentielle française Après une campagne difficile, François Fillon s'est obstiné malgré le «Penelopegate» qui a terni son image. En vain. Plus...

Pourquoi Marine Le Pen peut encore y croire

Présidentielle française Le ralliement de nombreuses figures de la droite à Macron ne doit pas faire illusion. Et le FN compte attirer des voix de gauche. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.