«Je veux devenir un homme politique tout en restant humain»

UkraineÀ Paris et Berlin, le nouveau président ukrainien Zelensky cherche des appuis face à Moscou. Avant son voyage, il nous a répondu.

Volodymyr Zelensky (à dr.) a été reçu par Emmanuel Macron lundi à l’Élysée.

Volodymyr Zelensky (à dr.) a été reçu par Emmanuel Macron lundi à l’Élysée. Image: KEYSTONE/MAXPPP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Volodymyr Zelensky serait-il l’homme de la paix? En tous les cas, il veut le croire. L’ancien comédien, investi président le 20 mai, consacre la première priorité de son mandat à l’arrêt de la guerre à l’Est entre les troupes ukrainiennes et les forces prorusses et russes. Depuis 2014, elle a déjà causé la mort de 13'000 personnes, selon l’ONU. Dans les réponses écrites qu’il nous a fait parvenir en amont d’un déplacement officiel qui le conduit de Paris, lundi, à Berlin, mardi, il promeut une «nouvelle approche basée sur la désescalade, l’amélioration des conditions humanitaires et économiques pour les gens ordinaires et le respect de nos engagements de Minsk».

La solidarité occidentale

Son voyage en France et en Allemagne vise en premier lieu à y «recevoir la confirmation du soutien à l’Ukraine, à notre lutte pour l’indépendance, pour la restauration de son intégrité territoriale, pour la paix et la réintégration des territoires occupés du sud-est». La solidarité occidentale lui est cruciale pour ne pas se retrouver dans un tête-à-tête inconfortable avec Vladimir Poutine. Il assure d’ailleurs n’avoir «aucun contact direct avec Vladimir Poutine» et compte sur la restauration du «format Normandie» (France, Allemagne, Ukraine et Russie) pour relancer les négociations.

Dans le cas où il le ferait de concert avec le couple franco­allemand, ces perspectives restent pourtant indéterminées, de même que les conditions d’un cessez-le-feu qui serait définitif. Dans ses réponses, Volodymyr Zelensky ne mentionne pas le retour de la Crimée, annexée par la Russie en 2014. Oubli? Ou abandon pragmatique? La question conditionnera le succès de ses initiatives, d’autant qu’il est scruté de près: pour une partie de l’opinion publique ukrainienne, tout compromis fait à Vladimir Poutine serait une «capitulation».

Lutte contre la corruption

Si les questions sont nombreuses quant aux perspectives de Volodymyr Zelensky, il jouit actuellement d’un état de grâce inédit qui sert son ambition. À 41 ans, l’ancien comédien est le président le mieux élu depuis l’indépendance de l’Ukraine, en 1991, grâce au plébiscite de 73% des électeurs. Second voyage à l’étranger après Bruxelles, cette visite à Paris et Berlin vise donc à «présenter mes plans et mes premières initiatives pour le remodelage intégral de l’Ukraine» et reconfirmer la marche constante de l’Ukraine pour l’intégration dans les structures européennes et euroatlantiques. Il s’agit notamment de rassurer Emmanuel Macron et Angela Merkel sur sa motivation à combattre efficacement la corruption endémique qui paralyse le pays. «Arracher les racines de la corruption apportera des améliorations immédiates dans de nombreuses sphères.»

Pour ce faire, le premier des chantiers est de permettre au système existant de lutte anticorruption de fonctionner. «Sur le papier, il est très solide, et complet. En pratique, il a été privatisé et contrôlé par des groupes politiques et oligarchiques. Alors ses résultats ont été médiocres, pour rester poli.» Volodymyr Zelensky, qui avait évoqué des procès et des peines de prison pour les corrompus pendant sa campagne présidentielle, souhaite ainsi se concentrer sur «le traitement de la maladie de la corruption». Et «si la thérapie échoue, nous passerons à une chirurgie politique et légale», ajoute-t-il. Sans préciser ce que cela peut impliquer.

Réformes structurelles

Combattre la corruption n’est que la première étape de son plan de transformation du pays. Avant de visiter, à Paris, l’incubateur de start-up Station F, il rappelle son rêve de «créer un État dans un smartphone», un outil de lutte contre la corruption aussi bien qu’une plateforme pour simplifier les démarches administratives des citoyens et «leur donner l’occasion d’être proactifs concernant leurs communautés». Un nouvel élan qui sera accompagné par la relance de réformes structurelles «longtemps bloquées au parlement». Des réformes qui devraient «débloquer la prochaine tranche de financement du FMI», espère Volodymyr Zelensky, qui confirme ainsi sa volonté de continuer la coopération avec les bailleurs de fonds internationaux.

Si ces objectifs généraux peuvent paraître abstraits, avant de savoir quelle majorité parlementaire le président tirera des élections anticipées, le changement de style est, lui, très concret par rapport à ses prédécesseurs. Il entend «changer l’idée même de la présidence», ce qui passe par le déménagement de son administration vers «un bureau moderne, open space». C’est d’ailleurs une question existentielle pour cet ancien comédien et homme d’affaires. Chaque jour depuis son investiture, le 20 mai, il se rend dans un «immense bâtiment soviétique» du centre de Kiev, autrefois le siège du comité central du parti communiste. «Il y a des fantômes de communistes et des cadavres de corruption dans chaque placard […]. Mon plus grand défi est de devenir un homme politique tout en restant humain.»

Créé: 17.06.2019, 21h41

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.