Passer au contenu principal

«Ceux qui ont voté pour la gauche ne s’y retrouvent pas!»

Alors qu’Arnaud Montebourg signe dans la presse dominicale une tribune anti-gouvernement, le leader des frondeurs (par absence) Christian Paul laboure le terrain des militants à Poitiers.

«J’ai le sentiment que Manuel Valls n’a pas pris acte de ces défections de militants PS qui sont pour nous un sujet essentiel.»
«J’ai le sentiment que Manuel Valls n’a pas pris acte de ces défections de militants PS qui sont pour nous un sujet essentiel.»
Jean-Pierre Muller, AFP

Les frondeurs du PS ne veulent pas rentrer dans le rang et promettent de rester «vigilants ». C’est le credo du député de la Nièvre Christian Paul qui a passé les trois jours de congrès à essayer de se faire une place et de se faire entendre. Arnaud Montebourg, que beaucoup voyaient comme le leader naturel de cette aile gauche du PS, a choisi, lui, la rupture. L’ex-ministre de l’économie est ainsi revenu dans le jeu politique en ce troisième jour du congrès à Poitiers en publiant une tribune acerbe contre la politique du gouvernement dans Le Journal du Dimanche.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.