Passer au contenu principal

CouronnementLes Pays-Bas ont un nouveau roi

Le prince Willem-Alexander est devenu à 46 ans le plus jeune souverain d’Europe. Il a prêté serment mardi et succède à sa mère la reine Beatrix qui a abdiqué après 33 ans de règne.

Le roi Willem-Alexander a prêté serment mardi à Amsterdam lors de son couronnement, en compagnie de son épouse, la reine Maxima.
Le roi Willem-Alexander a prêté serment mardi à Amsterdam lors de son couronnement, en compagnie de son épouse, la reine Maxima.
Keystone
.
.
Keystone
.
.
Keystone
1 / 71

Willem-Alexander, 46 ans, a prêté serment mardi en tant que nouveau roi des Pays-Bas et plus jeune souverain d’Europe, succédant à sa mère la reine Beatrix qui a abdiqué après 33 ans de règne, un événement célébré par des millions de Néerlandais.

Suivez en direct la cérémonie

Le roi Willem-Alexander, portant une écharpe orange et bleue, les couleurs de la monarchie et vêtu d’une cape dont les bords sont recouverts d’hermine, et la reine Maxima, vêtue d’une robe en dentelle bleue roi et d’un diadème que Guillaume III avait offert à sa épouse Emma, ont entonné avec les invités présents l’hymne national.

Devant les États généraux, les deux chambres du parlement réunies dans la "Nieuwe Kerk", à un jet de pierre du palais royal, le roi a solennellement juré de respecter la constitution et de "protéger les droits de tous les résidents aux Pays-Bas".

Le roi a également remercié sa mère, la désormais princesse Beatrix, pour l’éducation qu’il a reçue et pour son règne. Celle-ci, assise au premier rang avec la princesse héritière Catharina-Amalia, 9 ans et ses deux soeurs, était visiblement très émue. "Merci pour ces belles années où nous avons pu vous avoir comme reine", a-t-il ajouté, avant que l’assemblée n’applaudisse longuement l’ancienne reine.

«Hourra! Hourra! Hourra!»

"Chaque souverain a sa propre tâche à remplir, est une personne différente en des temps différents", a-t-il ajouté, avant que les membres du parlement ne prêtent serment à leur tour. "Vive le roi", a ensuite retenti, ce à quoi l’assemblée a répondu "Hourra! Hourra! Hourra!".

Outre les parlementaires, les princes et princesses héritiers du gotha européen, ainsi que l’ex-secrétaire général des Nations unies Kofi Annan et le président du Comité international olympique Jacques Rogge, assistent à la cérémonie.

Beatrix avait déjà versé une larme en signant dans la matinée l’acte d’abdication dans une imposante salle du palais royal, situé sur la place du Dam dans le centre d’Amsterdam.

Beatrix très émue

Apparaissant au balcon décoré de roses et d’oranges, Beatrix, très émue avait déclaré devant plus de 25'000 personnes réunies : "Je suis heureuse et reconnaissante de pouvoir vous présenter votre nouveau roi, le roi Willem-Alexander".

La police avait brièvement détenu deux républicains qui brandissaient un panneau sur lequel on pouvait lire "Je ne suis pas un sujet", avant de les escorter vers les lieux autorisés pour manifester.

Le jeune roi, premier homme à accéder au trône depuis 1890 après trois reines et une régente, doit prêter serment dans l’après-midi et être "installé" en tant que roi. Il sera alors intronisé et non couronné, une nuance marquant la séparation entre l’Église et la monarchie aux Pays-Bas.

Beatrix, très émue et portant un ensemble mauve, avait déclaré en signant l’acte d’abdication "faire place à une nouvelle génération".

Nouvelle génération

Willem-Alexander est en effet le premier d’une nouvelle génération de monarques européens, dont la moyenne d’âge est actuellement de 71 ans, à monter sur le trône.

Le jeune souverain devrait adopter un style plus détendu que celui de sa mère: dans une interview diffusée par la télévision publique deux semaines avant son intronisation, il affirme vouloir être un "monarque du XXIe siècle" conciliant tradition et modernité et surtout pas un "fétichiste du protocole". Le rôle du monarque a évolué depuis la création en 1815 du Royaume des Pays-Bas, jusque là une république.

Plus d’un million de visiteurs tout d’orange vêtus, la couleur de la famille royale, les Orange-Nassau, sont attendus dans les rues d’Amsterdam. Certains avaient passé la nuit sur la place du Dam, afin d’apercevoir la famille royale sur le balcon. Après cette brève apparition, la foule s’est dispersée, beaucoup de personnes se rendant sur la place des musées pour assister à des concerts ou le long des canaux, où des podiums ont été dressés pour des DJ’s et des musiciens.

Fête partout

Des dizaines de bateaux transportant des fêtards ont commencé à circuler sur les célèbres canaux. Musique assourdissante, danse, bière, les fêtards ont pour la plupart opté pour le code vestimentaire orange, même si d’autres ont préféré des bateaux à thème, dont l’un rempli de personnes déguisées en animaux.

"Le bla-bla du protocole est quasi fini maintenant, donc on peut passer à la fête", avait lancé un jeune homme depuis une large barge sur laquelle une trentaine de personnes se trémoussent au rythme d’une musique techno.

Chanson pour le roi

Vers 18h30 (heure suisse), les 17 millions de Néerlandais seront invités à entonner en choeur le "Koningslied", ou chanson du roi, spécialement créée pour l’occasion et critiquée pour son improbable mélange de style de dessins animés, de musique populaire et de rap, le tout soutenu par des paroles simplistes.

Cette journée historique pour les Néerlandais, reste marquée par l’absence du père de la future reine Maxima, Jorge Zorreguieta, en raison de son rôle controversé durant la dictature argentine, et celle du frère cadet de Willem-Alexander, le prince Friso, dans le coma depuis un accident de ski en février 2012.

(afp/ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.