Les Européens haussent le ton contre les colonies israéliennes

CisjordanieParis, Londres et Stockholm ont convoqué lundi les ambassadeurs israéliens pour protester contre le projet de nouveaux logements dans des colonies en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

Israël a annoncé vendredi son intention de construire 3000 logements supplémentaires à Jérusalem-Est et en Cisjordanie.

Israël a annoncé vendredi son intention de construire 3000 logements supplémentaires à Jérusalem-Est et en Cisjordanie. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Russie de son côté a jugé «illégaux» les nouveaux projets d'Israël, appelant l'Etat hébreu à «reconsidérer» sa décision qui a, selon Moscou, «une influence très négative sur les efforts pour relancer les pourparlers directs» sur le règlement du conflit israélo-palestinien.

En Europe, Yossi Gal et Daniel Taub, respectivement ambassadeurs israéliens en France et en Grande-Bretagne, ont été convoqués pour entendre «la désapprobation» de Paris et les «préoccupations» de Londres concernant l'extension de colonies juives. Stockholm a fait de même avec son ambassadeur israélien, a annoncé le ministre suédois des Affaires étrangères, Carl Bildt.

Nouveau signe des divisions européennes, Berlin s'est seulement dit lundi «très inquiet» face au projet israélien, sans convoquer l'ambassadeur israélien. «Israël sape la confiance dans sa volonté de négociations», a affirmé le porte-parole du gouvernement allemand, Steffen Seibert.

Critiques internationales

Israël a annoncé vendredi son intention de construire 3000 logements supplémentaires à Jérusalem-Est et en Cisjordanie, notamment dans la zone dite E1, particulièrement controversée.

Située entre Jérusalem et la colonie de Maalé Adoumim, où Israël s'était engagé auprès des Etats-Unis à ne pas bâtir, cette zone, si elle est construite, rattacherait Maalé Adounim aux quartiers de colonisation de Jérusalem Est, coupant la Cisjordanie en deux et compromettant la viabilité d'un futur Etat palestinien.

Cette décision a suscité des critiques internationales, y compris de Washington, soutien sans faille d'Israël, qui a estimé qu'elle faisait «reculer la cause de la paix» avec les Palestiniens.

Israël a annoncé son projet de construction au lendemain du vote à l'Assemblée générale de l'ONU qui a accordé à la Palestine un statut d'Etat observateur non membre aux Nations unies, une résolution en faveur de laquelle se sont prononcées la France et la Suède, tandis que la Grande-Bretagne et l'Allemagne s'abstenaient.

Pour Londres, les nouvelles constructions annoncées «rendent potentiellement de plus en plus difficile à atteindre une solution basée sur deux Etats avec Jérusalem en capitale partagée.»

Nouvelle donne

La «convocation» de l'ambassadeur israélien visait à lui exprimer «la très vive préoccupation de la France», a dit pour sa part le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Philippe Lalliot.

Dans un communiqué à Paris, l'ambassade israélienne, en évoquant «une rencontre» au Quai d'Orsay, a précisé que Yossi Gal avait expliqué «qu'il était impossible de s'attendre à ce qu'Israël reste les bras croisés après la démarche unilatérale palestinienne à l'ONU».

Paris et Londres n'ont pas confirmé envisager le rappel pour consultations de leurs ambassadeurs en Israël, ce qui constituerait un précédent dans les relations diplomatiques avec l'Etat hébreu, comme l'a affirmé le quotidien israélien de gauche Haaretz.

«Toute décision sur d'éventuelles autres mesures prises par le Royaume-Uni dépendra de l'issue des discussions en cours avec le gouvernement israélien et avec nos partenaires internationaux parmi lesquels les Etats-Unis et l'Union européenne», a indiqué le Foreign Office.

(afp/nxp)

Créé: 03.12.2012, 14h50

Articles en relation

Cisjordanie: les restrictions aux importations d'Israël levées

Proche-Orient Le ministre de l'Economie nationale a annoncé que la limitation du nombre des négociants palestiniens autorisés à importer des produits israéliens va être supprimée. Plus...

La Palestine devient Etat observateur à l'ONU

Vote historique La Palestine est devenue jeudi Etat observateur aux Nations unies, lors d'un vote historique à l'Assemblée générale de l'ONU, malgré l'opposition des Etats-Unis et d'Israël. Plus...

«Le nouveau statut des Palestiniens ne changera rien»

Proche-Orient Pour le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, le vote de l'ONU qui doit accorder un statut d'Etat observateur non membre à la Palestine ne permettra pas aux Palestiniens d'obtenir un Etat. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.