Présidentielle: des anomalies dans le dépouillement

RD CongoDes présidentielles ont eu lieu dimanche en RDC. Les observateurs de l'Eglise catholique ont noté des anomalies. Le gouvernement a coupé l’accès à Internet

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les élections, trois fois reportées, doivent désigner le successeur du président Joseph Kabila, qui a été contraint par la Constitution et l'opinion à ne pas se représenter. Le «dauphin» de M. Kabila, Emmanuel Ramazani Shadary, concourt à la magistrature suprême aux côtés de deux grands candidats d'opposition, Félix Tshisekedi et Martin Fayulu.

La mission d'observation de l'Église catholique a fait état lundi d'anomalies dans le dépouillement des résultats des élections générales de la veille en RDC. L'accès à internet et aux réseaux sociaux a été coupé, alors que les 2 camps réclament la victoire.

«Jusqu'à 9h00, les observateurs de la CJP/Cenco ont transmis 4161 rapports sur le dépouillement», a indiqué l'abbé Donatien Nshole, secrétaire général et porte-parole de la conférence des évêques catholiques de la RDC, en présentant ce rapport partiel.

«3626 (rapports) indiquent que le nombre des bulletins dans l'urne était égal aux données électroniques de la machine à voter», a-t-il précisé à la presse. Par défaut, cela signifie que ce n'était pas le cas dans 535 bureaux, selon les calculs de l'AFP.

D'après la Cenco, «2839 (rapports) attestent que la fiche des résultats du vote était affichée au terme du dépouillement. Par contre, 342 attestent que la fiche des résultats du vote n'est pas encore affichée».

La Conférence épiscopale a promis de publier son rapport préliminaire d'observation le 2 janvier 2019. Elle affirme avoir déployé 40'000 observateurs dimanche.

Les 2 camps réclament la victoire

Le vote de dimanche vise à désigner le successeur de Joseph Kabila, au pouvoir depuis 18 ans et dont le mandat a expiré il y a deux ans.

Joseph Kabila a apporté son soutien à l'ancien ministre de l'Intérieur Emmanuel Ramazani Shadary, dont le directeur de cabinet, Nehemie Mwilanya, a assuré lundi matin qu'il avait remporté le scrutin disputé en un seul tour, sans fournir aucun chiffre à l'appui de ses propos.

La fièvre Ebola

Les opposants à Joseph Kabila affichent aussi leur confiance. Selon Vital Kamerhe, directeur de campagne de Félix Tshisekedi, un des deux principaux candidats de l'opposition, celui-ci et son rival Martin Fayulu font pour le moment la course en tête avec chacun environ 40% des voix, contre seulement 13% à M. Shadary.

Les premiers résultats partiels ne devraient pas être communiqués avant mardi par la commission électorale.

Les déclarations des deux camps ajoutent à la confusion au terme d'un scrutin perturbé par les problèmes de sécurité, une épidémie de fièvre Ebola, des pannes et autres difficultés logistiques, faisant craindre de nouvelles violences comme celles qui avaient éclaté après les précédentes élections présidentielles, en 2006 et 2011

Internet coupé

L'accès à Internet et aux réseaux sociaux a été coupé «sur instruction du gouvernement» en République démocratique du Congo lundi au lendemain des élections générales, ont indiqué des opérateurs à l'AFP.

L'équipe de campagne du candidat d'opposition Martin Fayulu a accusé les autorités de couper internet pour éviter la diffusion d'une «vague» de procès-verbaux «qui confirment la victoire écrasante» du candidat.

«Cher client, sur instruction du gouvernement, nos services Internet sont suspendus pendant une période indéterminée», a indiqué le fournisseur d'accès Global dans un SMS reçu par l'AFP. «C'est le gouvernement qui a coupé», a aussi déclaré un représentant de l'opérateur de téléphonie mobile Vodacom à l'AFP qui s'étonnait de problèmes d'accès à internet à Kinshasa.

Airtel et Vodacom coupés

L'accès aux données sur les réseaux Airtel et Vodacom est coupé, a aussi constaté l'équipe de l'AFP à Goma et à Beni, dans le Nord-Kivu (Est), à 2000 km de la capitale. L'accès au réseau Whatsapp était également impossible à Lubumbashi (sud) sur Vodacom. Vodacom et Airtel sont les principaux réseaux de téléphonie mobile en RDC avec le Français Orange.

«Je suis désolé d'apprendre juste avant d'entrer dans la salle que l'on a coupé l'Internet», a déclaré à la presse le secrétaire général de la Conférence des évêques (Cenco), qui a rendu compte des résultats de la mission d'observation électorale de l'Eglise catholique.

Les échanges SMS fonctionnaient encore lundi matin, a constaté l'AFP à Kinshasa sur les réseaux Airtel et Vodacom. «On va commencer le filtrage de l'accès internet», avait indiqué à l'AFP en début de matinée une source qui ne souhaite pas être citée, précisant qu'il s'agissait «de bloquer les images et les vidéos sur les réseaux sociaux».

La coupure intervient alors que des résultats de bureaux de vote étaient diffusés sur Twitter.

«Coupure imminente d'internet ! Face à la vague des procès-verbaux des résultats qui confirment la victoire écrasante de @MartinFayulu, l'ANR (Agence nationale de renseignements, ndlr) a instruit les opérateurs de bloquer internet pour empêcher la remontée des données vers les centres de compilation», a accusé sur Twitter un soutien de M. Fayulu, Olivier Kamitatu.

M. Kamitatu est en charge de la «communication et des nouvelles technologies de l'information» dans l'équipe de campagne de M. Fayulu.

(afp/nxp)

Créé: 31.12.2018, 13h48

Articles en relation

Congo: le comptage manuel des voix continue

Présidentielle La course à la succession du président Joseph Kabila s’annonce tendue. Le dépouillement des votes se fait manuellement en République démocratique du Congo Plus...

En RDC, un climat chaotique autour des élections

République démocratique du Congo Des élections générales historiques se sont tenues dimanche, entre espoirs de changement et couacs techniques. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.