Passer au contenu principal

Etats-UnisL'ex-chef de campagne de Trump risque gros

Accusé d'avoir menti sciemment aux enquêteurs, Paul Manafort pourrait écoper de 24 ans de prison.

Le ministère américain de la Justice a retiré jeudi le dossier d'accusation contre un ancien conseiller de Donald Trump, Michael Flynn, poursuivi pour avoir menti sur ses contacts avec un diplomate russe. (Vendredi 8 mai 2020)
Le ministère américain de la Justice a retiré jeudi le dossier d'accusation contre un ancien conseiller de Donald Trump, Michael Flynn, poursuivi pour avoir menti sur ses contacts avec un diplomate russe. (Vendredi 8 mai 2020)
AFP
L'ex-directeur du FBI James Comey a admis dimanche que de «véritables négligences» avaient été commises par la police fédérale au début de l'enquête sur l'ingérence de la Russie dans l'élection présidentielle de 2016. (Dimanche 15 décembre 2019)
L'ex-directeur du FBI James Comey a admis dimanche que de «véritables négligences» avaient été commises par la police fédérale au début de l'enquête sur l'ingérence de la Russie dans l'élection présidentielle de 2016. (Dimanche 15 décembre 2019)
AFP
GRAND RAPIDS, MICHIGAN - MARCH 28: Donald Trump Jr. talks to the press before the arrival of his father President Donald Trump during a rally at the Van Andel Arena on March 28, 2019 in Grand Rapids, Michigan. Grand Rapids was the final city Trump visited during his 2016 campaign.   Scott Olson/Getty Images/AFP
GRAND RAPIDS, MICHIGAN - MARCH 28: Donald Trump Jr. talks to the press before the arrival of his father President Donald Trump during a rally at the Van Andel Arena on March 28, 2019 in Grand Rapids, Michigan. Grand Rapids was the final city Trump visited during his 2016 campaign. Scott Olson/Getty Images/AFP
AFP
1 / 100

Le procureur spécial chargé de l'enquête sur la campagne électorale de Donald Trump a requis vendredi jusqu'à 24 ans de prison contre l'ancien directeur de cette campagne, Paul Manafort, pour avoir menti aux enquêteurs.

Dans un document transmis au tribunal compétent, l'équipe du procureur Robert Mueller a indiqué être d'accord avec l'évaluation du ministère de la Justice selon laquelle M. Manafort devrait être condamné à une peine allant de «235 à 293 mois».

S'y ajoutent une amende allant de 50'000 à 24,4 millions de dollars, un suivi socio-judiciaire pendant jusqu'à cinq ans après sa sortie de prison, des dommages et intérêts de 24,8 millions de dollars, et la saisie de 4,4 millions de dollars.

Deux jours auparavant, une juge fédérale avait entériné la position du bureau du procureur selon laquelle M. Manafort, après avoir accepté de coopérer avec les enquêteurs pour atténuer sa peine, leur avait menti «intentionnellement» quant à ses contacts en 2016 et 2017 avec Konstantin Kilimnik, un ancien associé lié aux services de renseignement de Moscou.

La juge avait également statué sur d'autres mensonges de M. Manafort, à propos de transactions financières et d'une partie de l'enquête de M. Mueller qui reste confidentielle. Ce jugement a eu pour conséquence de ne plus lier le procureur spécial à l'accord qui plafonnait à dix ans la peine de prison encourue pour sa coopération avec lui et le FBI.

Paul Manafort, lobbyiste qui avait brièvement dirigé l'équipe de campagne de celui qui a été élu président en novembre 2016, a déjà été reconnu coupable en août de fraude bancaire et fiscale, pour son rôle auprès de partis politiques pro-russes en Ukraine entre 2004 et 2014. Il attend encore sa peine, qui pourrait être aggravée.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.