L'ex-ministre algérien des Finances devant le juge

JusticeKarim Djoudi, ministre algérien des Finances de 2007 à 2014, a été placé sous contrôle judiciaire après avoir comparu devant la Cour suprême.

Karim Djoudi lors d'une conférence en 2007.

Karim Djoudi lors d'une conférence en 2007. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'ancien ministre algérien des Finances Karim Djoudi a été placé dimanche sous contrôle judiciaire par un juge d'instruction, a annoncé l'agence de presse officielle APS. Une audition s'était tenue peu auparavant dans le cadre d'enquêtes sur des faits de corruption.

Karim Djoudi, ministre de 2007 à 2014, a comparu devant le juge d'instruction de la Cour suprême concernant des affaires liées à la dilapidation des deniers publics, d'abus de fonction et d'octroi d'indus privilèges, selon APS. La Cour suprême est la seule juridiction compétente pour instruire les infractions qu'auraient commises dans l'exercice de leurs fonctions les membres du gouvernement, les walis (préfets) et de hauts magistrats.

L'ancien ministre des Transports Amar Tou comparaît également dimanche devant le juge d'instruction de la Cour suprême, selon APS. MM. Djoudi et Tou font partie des douze anciens responsables algériens qui font l'objet d'enquêtes préliminaires pour des faits à caractère pénal.

Plusieurs enquêtes

La semaine dernière, un juge a placé en détention préventive Ahmed Ouyahia et Abdelamalek Sellal, deux anciens premiers ministres d'Abdelaziz Bouteflika, l'ex-président contraint à la démission le 2 avril par un mouvement de contestation inédit après 20 ans au pouvoir. L'ancien ministre du Commerce Amara Benyounes avait lui été placé en détention provisoire à la prison d'El Harrach à Alger et l'ex-ministre des Travaux publics, Abdelghani Zaalane, placé sous contrôle judiciaire.

Depuis la démission d'Abdelaziz Bouteflika, la justice algérienne a lancé plusieurs enquêtes et placé en détention provisoire de puissants hommes d'affaires, la plupart soupçonnés d'avoir profité de leurs liens avec le chef de l'Etat déchu ou de son entourage pour obtenir des avantages ou des marchés publics. (ats/nxp)

Créé: 16.06.2019, 17h45

Articles en relation

L'ex-premier ministre Ouyahia sous les verrous

Algérie L'homme d'Etat algérien a comparu mercredi devant la Cour suprême. Le juge d'instruction n'a pour lors pas révélé les raisons de son inculpation. Plus...

Présidentielle le 4 juillet: «impossible» à organiser

Algérie Alors qu'un scrutin est censé permettre l'élection d'un successeur à Bouteflika d'ici un mois, le Conseil constitutionnel a jugé la présidentielle «impossible» à organiser. Plus...

Les manifestants affluent malgré les arrestations

Algérie Massivement rejetée par les manifestants et sans candidat sérieux déclaré, la présidentielle prévue le 4 juillet pour élire son successeur apparaît de plus en plus compromise. Plus...

Le fauteuil de Bouteflika peine à trouver preneur

Algérie Les Algériens ont manifesté pour obtenir le départ de l'ex-président, Bouteflika. Mais aucun n'a fait acte de candidature pour lui succéder. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.