Des expatriés british pas sûrs de garder leurs droits

BrexitLa justice aux Pays-Bas a rejeté ce mardi en appel une demande de résidents britanniques de renvoyer devant la justice européenne l'épineuse question de leur statut après le Brexit.

La Cour européenne de justice au Luxembourg.

La Cour européenne de justice au Luxembourg. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Cour d'appel d'Amsterdam, donnant raison au gouvernement néerlandais, a estimé que les demandes de cinq expatriés britanniques aux Pays-Bas, inquiets de la protection de leurs droits de citoyens européens après le Brexit, étaient «trop vagues» pour saisir la Cour européenne de justice.

Dans ce qui semble être le premier cas de ce genre à l'approche de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, ces cinq Britanniques vivant aux Pays-Bas, pour certains depuis plusieurs décennies, ainsi que deux associations d'expatriés avaient engagé en janvier des poursuites contre le gouvernement néerlandais.

Ils arguaient avoir vécu si longtemps dans l'UE qu'ils y ont acquis des droits en tant que citoyens européens, y compris la liberté de circuler, devant être garantis par les Pays-Bas même après le Brexit prévu le 29 mars 2019.

Un tribunal d'Amsterdam avait jugé en première instance le 7 février que la Cour européenne de justice (CEJ) devrait trancher, une décision avec potentiellement des répercussions majeures pour le million de citoyens britanniques ayant traversé la Manche.

Mais en avril, lors d'une audience d'appel, l'avocat représentant le gouvernement néerlandais, Erik Pijnacker Hordijk, avait déclaré «sans fondement» leur cause juridique et réclamé qu'elle soit jugée «irrecevable».

«Environ 46'000 Britanniques vivent actuellement aux Pays-Bas, il n'y a aucune probabilité qu'un des plaignants coure le risque d'être expulsé du pays», avait-il dit.

Tout en convenant avec le tribunal de première instance que la situation des Britanniques vivant aux Pays-Bas après le Brexit était une question relevant des lois de l'UE, la Cour d'appel a estimé que les demandes des plaignants n'étaient «pas suffisamment concrètes» pour être renvoyées devant la justice européenne.

«Tout le monde est très déçu», a déclaré à l'AFP l'avocat des plaignants, Christiaan Alberdingk Thijm. «Nous allons étudier la décision avant de décider ce que nous allons faire dans la prochaine étape, cela pourrait être d'aller devant la Cour suprême des Pays-Bas (Hoge Raad) ou de lancer une procédure plus approfondie devant les tribunaux».

En première instance, le juge Floris Bakels avait demandé à la CEJ de répondre à deux questions préliminaires: le Brexit signifie-t-il que les Britanniques perdent automatiquement leur citoyenneté européenne ou conservent-ils leurs droits? Et si oui, dans quelles conditions?

La question était venue en avril devant la chambre basse du Parlement néerlandais lors d'une table ronde pour discuter des implications du Brexit. (afp/nxp)

Créé: 19.06.2018, 12h35

Articles en relation

Brexit: Theresa May essuie un nouveau camouflet

Royaume-Uni Les députés britanniques ont voté un amendement offrant un droit de veto au Parlement concernant l'accord final avec Bruxelles. Plus...

Le casse-tête de la frontière irlandaise

Brexit La frontière entre les deux Irlande constitue l'un des points épineux des négociations sur la sortie britannique du giron européen. Plus...

Londres compte rester un pôle financier important

Brexit Selon un influent député conservateur, la City de Londres saura retomber sur ses pieds. Il exclut une vague de délocalisations massives. Plus...

Le Brexit coûte 1000 euros à chaque ménage british

Royaume Uni Le Brexit a coûté «environ 900 livres» à chaque foyer britannique, a estimé mardi le gouverneur de la Banque d'Angleterre (BoE). Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.