Explosion dans un bus de touristes à Gizeh

EgypteUne probable attaque terroriste a fait quatre morts et une dizaine de blessés, vendredi soir près des pyramides.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Trois touristes vietnamiens et leur guide égyptien ont été tués dans l'explosion d'une bombe artisanale au passage de leur bus près du site des pyramides de Gizeh, selon un nouveau bilan du parquet général égyptien. L'attentat n'a pas été revendiqué. Cette première attaque contre des touristes en Egypte depuis juillet 2017 a également fait douze blessés, dont onze touristes et le conducteur du bus, a ajouté le parquet.

L'explosion s'est produite en fin d'après-midi dans le quartier d'Al-Marioteya à Gizeh, en périphérie sud-ouest du Caire. Sur place, les forces de sécurité ont bouclé le périmètre autour du bus blanc au pare-brise fissuré et à la carrosserie endommagée.

Un groupe de Vietnamiens s'est précipité à pied vers le site après l'attaque. «Désolé, désolé, nous avons perdu quelqu'un», ont-ils lancé, paniqués, aux policiers. «Un engin artisanal a explosé lors du passage d'un bus transportant quatorze touristes vietnamiens», a précisé le ministère de l'intérieur.

Un «incident regrettable»

Accompagné des ministres de la santé et du tourisme, le premier ministre Moustafa Madbouli a évoqué devant les caméras un «incident regrettable», lors d'un déplacement à l'hôpital Al-Haram où les blessés ont été admis.

«Il n'y a pas un seul pays où il ne se produit pas d'attaque», a-t-il souligné en réponse à une question sur les répercussions de cet attentat sur le tourisme, secteur clé de l'économie en Egypte. «Nous devons savoir qu'il est possible que cela se répète à l'avenir», a ajouté M. Madbouli. «Aucun pays au monde ne peut garantir la sécurité à 100%».

Il s'agit du premier attentat contre des touristes en Egypte depuis juillet 2017. Deux femmes étrangères avaient alors été tuées et quatre blessées dans une attaque au couteau sur une plage de la station balnéaire de Hourghada, dans l'est du pays.

Le secteur crucial du tourisme a souffert de l'instabilité politique à la suite du soulèvement populaire de janvier 2011, qui a provoqué la chute du président Hosni Moubarak. Depuis la destitution en 2013 par l'armée du président islamiste Mohamed Morsi, l'Egypte a été la cible de nombreuses attaques menées par des groupes extrémistes, visant essentiellement les forces de sécurité et la minorité chrétienne copte, faisant des centaines de morts.

Coup dur pour le tourisme

En janvier 2016, trois touristes européens avaient été blessés à l'arme blanche en janvier 2016, également à Hourghada. La sécurité a été renforcée dans les sites touristiques en Egypte, à la suite des attaques. Les experts ont régulièrement critiqué la négligence des autorités autour du site des pyramides de Gizeh, un quartier plutôt défavorisé.

La plus importante attaque récente contre des touristes remonte au 31 octobre 2015. L'EI avait revendiqué un attentat à la bombe ayant coûté la vie aux 224 occupants d'un avion russe transportant des touristes russes après son décollage de Charm el-Cheikh, station balnéaire située dans le sud du Sinaï. C'est cette attaque qui a porté le coup le plus dur au tourisme en Egypte, en particulier auprès des voyageurs russes mais aussi européens. Les autorités avaient ensuite tenté d'attirer une clientèle asiatique et arabe.

L'Egypte avait pourtant enregistré ces derniers mois un regain dans le secteur du tourisme, avec 8,2 millions de visiteurs en 2017, selon les chiffres officiels. Mais le pays est encore loin des 14,7 millions de touristes de 2010. (afp/nxp)

Créé: 28.12.2018, 18h46

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.