Explosion au passage du 1er ministre palestinien

GazaSept personnes ont été blessées mardi matin dans la bande de Gaza lors d'une explosion survenue au passage du convoi de Rami Hamdallah, en visite dans l'enclave.

Rami Hamdallah au centre de cette photo prise ce 13 mars 2018.

Rami Hamdallah au centre de cette photo prise ce 13 mars 2018. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Rami Hamdallah, dont les bureaux sont basés en Cisjordanie, se déplaçait dans la bande de Gaza pour l'inauguration d'une usine de traitement des déchets. Une explosion s'est produite à proximité de la route qu'empruntait son convoi, faisant sept blessés légers et endommageant trois véhicules, selon des responsables et des témoins.

Rami Hamdallah et le chef du renseignement palestinien, Majid Faraj, sont sortis indemnes de la déflagration survenue juste après l'entrée du convoi dans l'enclave palestinienne , a indiqué une source de sécurité au sein de la délégation. Le convoi a essuyé des coups de feu en même temps que l'explosion, a dit une autre source de sécurité palestinienne.

Sécurité insuffisante

Le Hamas a ensuite bouclé le secteur. Le ministère de l'Intérieur du Hamas a indiqué avoir arrêté trois personnes et ouvert une enquête. L'explosion n'a pas été revendiquée. Des groupes islamistes radicaux défient régulièrement l'autorité du mouvement islamiste dans le territoire.

Dans un communiqué, l'Autorité palestinienne a précisé qu'elle tenait le Hamas pour responsable «de cette attaque lâche contre le convoi du Premier ministre», sans pour autant l'accuser directement. Elle a suggéré que le mouvement islamiste n'avait pas mis en place un dispositif de sécurité suffisant.

«Cette attaque contre le gouvernement de consensus est une attaque contre l'unité du peuple palestinien», a de son côté dénoncé Nabil Abou Roudeina, porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas.

Le Hamas a dénoncé ces accusations qui, selon lui, «font le jeu des criminels». Il a condamné une attaque destinée selon lui à «dégrader la sécurité à Gaza et porter atteinte aux efforts de réconciliation».

Selon lui, cette attaque provient de la «même main» que l'assassinat de Mazen Faqha - un commandant de sa branche armée - en mars 2017 et la tentative d'assassinat de Tawfiq Abou Naim - le chef de ses forces de sécurité - en octobre. Le Hamas avait accusé Israël du meurtre de Mazen Faqha. La deuxième attaque est communément attribuée à des islamistes radicaux.

Réconciliation impossible

Après des années de dissensions dévastatrices, le Hamas avait accepté le 12 octobre au Caire de rétrocéder les pouvoirs à l'Autorité. Cet accord avait suscité un prudent espoir de voir s'améliorer la situation dans le territoire sous blocus israélien et égyptien, et s'éclaircir un horizon politique particulièrement sombre pour la cause palestinienne.

Malgré l'importance des enjeux, le Hamas et l'Autorité se sont cependant montrés à nouveau incapables jusqu'à ce jour de surmonter leurs divisions et l'accord du 12 octobre est resté largement lettre morte.

Détérioration des conditions de vie

Dans le même temps, les mises en garde se multiplient devant la détérioration des conditions de vie dans le territoire, éprouvé par les guerres, la pauvreté, le chômage, la réclusion et les pénuries d'eau et d'électricité.

L'entreprise de réconciliation à l'agonie entre Autorité palestinienne et Hamas s'est traduite par de nouvelles épreuves. L'Autorité a réduit les salaires de ses fonctionnaires à Gaza. Le Hamas a cessé dans une large mesure de rémunérer les siens. Des dizaines de milliers d'employés qui font vivre tant de Gazaouis ont du mal à joindre les deux bouts.

Mardi, la Maison Blanche doit organiser une conférence sur la situation humanitaire à Gaza qui, selon elle, «mérite une attention immédiate». Mais la direction palestinienne, outrée par le parti pris pro-israélien de l'administration Trump selon elle, risque de snober la conférence. (afp/nxp)

Créé: 13.03.2018, 09h40

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 18 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...