Passer au contenu principal

ItalieA l'Expo de Milan, la fête sur fond de gaz lacrymogènes

L'exposition universelle a ouvert ses portes à Milan. Des manifestants anti-Expo, qui dénoncent le gaspillage d'argent public, ont tenté de gâcher la fête.

L'Expo-2015 a accueilli plus de 20 millions de visiteurs pendant 184 jours. (31 octobre 2015)
L'Expo-2015 a accueilli plus de 20 millions de visiteurs pendant 184 jours. (31 octobre 2015)
AFP
Simonetta Sommaruga s'est rendue ce lundi 18 mai 2015 à l'Exposition universelle de Milan où elle a été chaleureusement accueilile (lundi 18 mai 2015).
Simonetta Sommaruga s'est rendue ce lundi 18 mai 2015 à l'Exposition universelle de Milan où elle a été chaleureusement accueilile (lundi 18 mai 2015).
Keystone
La mascotte Sylvie non loin du pavillon suisse. (20 avril 2015)
La mascotte Sylvie non loin du pavillon suisse. (20 avril 2015)
Keystone
1 / 26

Une bière tchèque de bon matin ? Une frite néerlandaise ou une galette italienne à la fleur de lait? Des milliers de visiteurs ont bravé une pluie fine vendredi 1er Mai pour envahir les vastes allées de l'Exposition universelle de Milan.

Malgré les inquiétudes sur les retards dans les travaux et la préparation du site au nord de la capitale lombarde, une atmosphère de kermesse mondiale a saisi l'Expo, ignorant les violences entre manifestants No Expo et police au centre de Milan.

Dans l'après-midi, des dizaines de manifestants anti-Expo, qui dénoncent le gaspillage d'argent public et le recours à des travailleurs précaires, s'en sont en effet pris à des vitrines dans la ville, en brûlant des voitures et en jetant des pierres sur la police, qui a répliqué avec des gaz lacrymogènes (voir encadré).

«Un grand jour pour l'Italie»

Les visiteurs étaient au rendez-vous. Familles, touristes italiens ou étrangers et employés du site se sont précipités dès le matin, avant même l'ouverture officielle des portes. Parmi eux, un petit groupe de gracieuses jeunes femmes en robes de couleurs vives attendent leur laisser-passer. Mauriciennes résidant en Italie, elles viennent donner un spectacle de danse traditionnelle.

«Nous sommes ravies d'être là. C'est un grand jour pour l'Italie et pour nous !», lance l'une d'elle, Deeya, 22 ans, expliquant que des dizaines de milliers de Mauriciens vivent en Italie.

Couacs organisationnels

Non loin de là, deux exposants d'artisanat indiens pestent. Leur demande de laisser-passer n'ayant pas encore été traitée, ils devront acheter chaque jour un billet pour aller tenir le stand qu'ils ont payé 200'000 euros sans avoir encore pu l'approvisionner.

La situation est encore plus sérieuse au pavillon du Bangladesh: l'Italie n'a pas encore délivré les visas pour son personnel, bloqué au pays.

Après l'entrée, beaucoup d'Italiens sont irrésistiblement attirés sur leur droite par la réplique de la Madonnina, la statue de la Vierge qui orne le toit du Duomo, la grande cathédrale gothique de Milan. Les selfies fusent. Des hélicoptères survolent la scène.

Ingéniosité et extravagance

Juste en face, l'écriteau «Fresh beer» attire lui aussi une petite foule vers le pavillon tchèque. Le temps est plutôt frisquet pour la saison, mais les pintes partent les unes après les autres. A côté, le marchand de glaces fait en revanche chou blanc...

Un peu plus loin, le rideau d'eau du pavillon de Koweït est très populaire, tout comme les murs-dunes roses des Emirats arabes unis.

Comme eux, les quelque 80 pavillons rivalisent d'ingéniosité et d'extravagance pour attirer les visiteurs qui se photographient devant, en souriant aux anges.

Le pavillon italien pris d'assaut

Dans l'après-midi, le pavillon italien, le plus grand du site avec ses 13'000 m2 et son maillage de ciment blanc, et dont l'état d'achèvement faisait l'objet de folles rumeurs, est pris d'assaut à son ouverture.

De fait, son exposition n'est pas terminée. «La semaine prochaine», assure un membre du cabinet d'architecture Nemesi, Mauro Lazzaretto.

En revanche le restaurant est bien ouvert, puisque le chef du gouvernement italien Matteo Renzi, qui a arpenté les allées avec son épouse et la cadette de leurs trois enfants, y a déjeuné après la cérémonie d'ouverture.

Foody, la mascotte

A travers le parc se croisent costumes folkloriques et tenues traditionnelles d'apparat, jeunes femmes azéries en robes brodées et bottes de cuir dorées, danseuses en sari et belles du désert en voiles noirs.

La parade est ouverte par Foody, la mascotte de l'Expo Milan 2015 tout droit sortie de l'univers fantastique d'Arcimboldo, peintre milanais du 16ème siècle qui a puisé son inspiration dans les panières de fruits et légumes.

A sa suite passent tous les continents, dans un défilé musical très dansant, enfantin et sans prétention, qui laisse sur son passage de larges sourires.

Sous le signe de la gastronomie

Mais la gravité est là aussi, comme au sobre pavillon du Vatican, ou dans le «laboratoire du silence» du pavillon tchèque, qui enjoint les visiteurs à abaisser le volume pour mieux observer une installation de plantes pittoresques.

L'ambiance est plus ludique au pavillon brésilien, avec un immense hamac de corde, tendu en travers à mi-hauteur, où les visiteurs ondulent avec délices, cherchant leur équilibre.

A côté, une marque d'équipements de salles de gym a organisé un cours collectif de vélo fitness. «Il faut s'échauffer les mains, c'est important. On applaudit !», lance l'animateur aux participants.

Une étape sportive essentielle au milieu des très nombreux stands de dégustation et de restauration: à elle seule, l'Italie en présente un pour chacune de ses 20 régions, sans compter celui de ses vins.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.