L'extorsion informatique, une «épidémie mondiale»

Piratage en ligneLes «rançongiciels» ont «éclipsé la plupart des autres menaces mondiales de cybercriminalité», prévient Europol.

Les attaques sont toujours plus nombreuses. (Image d'illustration)

Les attaques sont toujours plus nombreuses. (Image d'illustration) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'Office européen des Polices Europol a mis en garde mercredi contre «l'épidémie mondiale» d'extorsion par piratage informatique, ou «ransomware», par lequel les pirates prennent le contrôle d'appareils connectés ou de caméras de surveillance pour faire chanter leurs utilisateurs.

«Les attaques ransomware ont éclipsé la plupart des autres menaces mondiales de cybercriminalité», a indiqué Europol lors de la publication de son rapport annuel sur le crime organisé en ligne. Ces attaques ont été «menées à une échelle inédite dans la première moitié de 2017», a précisé Europol.

Crise «Wannacry»

En mai, lors de la crise «Wannacry», plus de 300'000 personnes ont été affectées dans le monde des affaires à travers 150 pays, paralysant certains services publics et entreprises, comme Renault ou le système de santé britannique NHS. «L'impact mondial d'énormes événements de cybersécurité (...) a fait passer la menace liée à la cybercriminalité à un tout autre niveau», a déclaré le directeur d'Europol Rob Wainwright. «Les banques et les autres secteurs importants sont désormais ciblés à une échelle jamais vue auparavant».

Par ailleurs, la fin de l'année 2016 a connu les premières «attaques massives» d'objets connectés (Internet of Things, IoT) peu sécurisés. Le célèbre «malware» (logiciel malveillant) Mirai a ainsi piraté environ 150'000 objets connectés comme des téléphones portables, des routeurs, des imprimantes et des caméras de sécurité, pour les transformer en «botnets», des réseaux d'ordinateurs utilisés à l'insu de leurs propriétaires pour des activités illégales. Devenus capables de lancer une attaque DDoS (qui consiste à rendre un serveur indisponible en le surchargeant de requêtes), ces objets ont été détournés pour commettre des attaques de haut vol, à l'instar de celle qui a gravement perturbé l'infrastructure web de la côte ouest des Etats-Unis en octobre 2016.

Réponse collective «pas suffisante»

Mais Europol a averti qu'une «réponse collective aux cybercriminels n'était toujours pas suffisante». «Partout, les gens et les entreprises doivent faire davantage pour mieux se protéger». Le rapport évoque également l'augmentation sans précédent de brèches ouvertes dans les bases de données avec un grand nombre de données volées, dont plus de deux milliards d'archives liées à des citoyens européens qui auraient été subtilisées en douze mois.

Selon le commissaire européen en charge de la sécurité Julian King, le dernier rapport d'Europol «montre que le crime en ligne est la nouvelle frontière du respect des lois». «Nous avons tous vu l'impact d'événements comme Wannacry . Que les attaques soient menées pour des raisons financières ou politiques, nous devons améliorer notre résistance», a-t-il affirmé. (afp/nxp)

Créé: 27.09.2017, 21h44

Articles en relation

La Confédération victime d'une cyberattaque

Berne Le Département fédéral de la défense a été victime d'une cyberattaque en juillet. Plus...

Une cyberattaque touche des milliers d'ordinateurs

Informatique Des entreprises du monde entier ont été touchées par des attaques rappelant le mode opératoire du WannaCry. Une faille de Windows a été exploitée. Plus...

Coût des cyberattaques: 53 milliards par cas

Informatique Une étude publiée par l'assureur Lloyd's of London montre qu'une cyberattaque mondiale engendrerait des pertes économiques gigantesques. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Ce week-end à Lausanne, les coureurs du semi-marathon et du marathon se verront proposer une bière (sans alcool) à l'issue de la course. Les organisateurs suivent ce qui se fait en Allemagne ou en Suisse alémanique. Car la bière est isotonique, riche en vitamines B10 et B12, et passe mieux que certaines autres boissons.
(Image: Bénédicte) Plus...