Passer au contenu principal

L'extradition de Cesare Battisti est ordonnée

Le président Michel Temer a signé vendredi un décret pour que cet ex-militant d'extrême gauche italien soit reconnu coupable de meurtre dans son pays.

Cesare Battisti à l'automne 2017.
Cesare Battisti à l'automne 2017.
AFP

La Cour suprême du Brésil avait ordonné la veille son arrestation. Selon une source au sein de la police fédérale, Battisti a été placé sur une liste de fugitifs. «Nous savons qu'il est à São Paulo», a ajouté cette source sous couvert d'anonymat.

Rome cherche à obtenir de longue date l'extradition de Cesare Battisti, reconnu coupable de quatre meurtres en Italie dans les années 1970 - les «années de plomb». Battisti appartenait alors aux Prolétaires armés pour le communisme, un groupe d'extrême gauche.

Evadé de prison en 1981, Cesare Battisti avait fui d'abord au Mexique, puis en France à partir de 1990. Le président socialiste François Mitterrand s'était engagé à n'extrader aucun militant d'extrême gauche renonçant à la lutte armée. Mais son successeur Jacques Chirac n'étant aussi bien disposé, l'Italien avait rejoint le Brésil en 2004.

Protégé par Lula

Au terme d'un séjour en prison et d'un long processus judiciaire pour l'extrader, le président de gauche Luiz Inácio Lula da Silva avait décidé en 2010 de ne pas livrer le fugitif à l'Italie.

La Cour suprême du Brésil avait donné en 2009 son feu vert à l'extradition de Battisti, mais la procédure n'avait pas abouti, le président de l'époque, Luis Inacio Lula da Silva, ayant accordé l'asile à l'ancien militaire en 2010, au dernier jour de son mandat.

Le président élu Jair Bolsonaro, qui prendra ses fonctions au 1er janvier, a déclaré qu'il procéderait immédiatement à l'extradition de Cesare Battisti. «Nous montrerons au monde notre engagement dans la lutte contre le terrorisme», avait-il dit en octobre, critiquant un personnage «adoré par la gauche brésilienne».

Cette promesse avait été saluée par le ministre italien de l'intérieur Matteo Salvini, chef de la Ligue (extrême droite).

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.