Facebook déploie son dispositif anti-ingérence

Elections européennesFacebook va tenter de combattre les tentatives d'ingérence étrangère lors de la campagne pour les européennes.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Facebook a annoncé vendredi le lancement de son dispositif de transparence publicitaire dans l'Union européenne, qui vise à combattre les tentatives d'ingérence étrangère dans la campagne pour les élections européennes.

Déployé depuis l'an dernier dans des pays où se sont tenues des élections, notamment lors des «mid-terms» aux Etats-Unis, au Brésil ou en Inde, ces outils obligeront toute personne ou entité qui veut diffuser au sein de l'UE des publicités sur Facebook et Instagram, en lien avec les élections (qu'elles fassent référence à des candidats ou des listes, où à des thèmes politiques plus généraux), à suivre une procédure d'autorisation, a expliqué le réseau sur son site.

Cette procédure, qui s'ouvre ce vendredi, devra être effectuée dans le pays de l'annonceur (ce qui signifie qu'on ne pourra pas payer pour diffuser une campagne depuis un autre pays), et les demandeurs devront fournir des documents d'identité et des coordonnées détaillées, pour permettre des vérifications.

Publicités archivées

Cela vise à empêcher que des organisations ou personnes étrangères ne tentent d'influencer le vote d'électeurs européens, via des publicités sur Facebook ou sa filiale Instagram.

Le dispositif permettra en outre à tout utilisateur d'obtenir des informations sur les publicités concernées : qui les a payées, quels sont le ou les territoires visés, combien de fois ont-elles été vues et quel a été le montant déboursé. En revanche, on ne pourra pas savoir si certaines catégories d'utilisateurs ont été ciblées.

Par ailleurs, toutes ces publicités électorales seront archivées durant sept ans au sein d'une bibliothèque numérique («Ad Library»), d'accès libre, qui permettra aux médias, chercheurs, politologues, ONG, de les étudier. Les autorités pourront en outre s'en servir si nécessaire pour des investigations.

Et le groupe, comme il s'était engagé sous la pression d'ONG après avoir mis en place certaines restrictions, va ouvrir son interface de programmation (ou API) à des tiers, pour faciliter l'exploitation de ces données.

Abus à signaler

Le réseau assure également qu'il a mis en place un système pour identifier les publicités qui tenteraient d'échapper à ces règles (notamment en surveillant les références à certains sujets à résonance politique, comme l'immigration ou l'environnement), et appelle ses utilisateurs à lui signaler tout abus.

Concrètement, la procédure d'autorisation s'ouvre ce vendredi et Facebook commencera mi-avril à sanctionner les contrevenants, en stoppant leurs campagnes, en les ajoutant à sa bibliothèque, et en les obligeant à suivre le processus d'autorisation.

Ces outils se voulant dissuasifs ont été progressivement mis en place à la suite du scandale qui avait éclaté aux Etats-Unis, où des officines russes se sont servies du réseau pour faire campagne en faveur de Donald Trump lors de l'élection présidentielle de 2016.

«Ces changements ne vont pas empêcher totalement les abus. Nous sommes confrontés à des adversaires malins, créatifs et bien financés, qui changent de tactique quand nous détectons leurs agissements. Mais nous pensons qu'il aideront à éviter des ingérences sur Facebook lors des élections», a expliqué Richard Allan, un des responsables du réseau social. Le groupe prévoit d'étendre la plupart de ces mesures au monde entier en juin. (afp/nxp)

Créé: 29.03.2019, 00h37

Articles en relation

Suprémacisme blanc: tour de vis de Facebook

Réseaux sociaux Facebook est très souvent accusé de ne pas expurger assez vite les publications problématiques ou choquantes. Plus...

Facebook ferme des milliers de pages

Web Le réseau social a fermé plus de 2000 pages considérées comme «trompeuses», les accusant d'être liées à l'Iran et la Russie. Plus...

Vidéo de la tuerie: plainte contre Facebook et Youtube

Attaques de Christchurch Le Conseil français du culte musulman porte plainte contre Facebook France et Youtube France pour avoir diffusé la vidéo du massacre de 50 fidèles. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...