Facebook ferme des pages liées à l'armée

BirmanieFacebook a fermé 425 pages et 135 comptes en lien avec l'armée birmane, accusés de véhiculer la haine contre les Rohingyas.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Facebook a annoncé la fermeture de centaines de comptes et de pages liés à l'armée birmane pour tenter de répondre aux critiques qui accusent la plate-forme de servir à véhiculer des discours de haine dans le pays, notamment contre les musulmans rohingyas.

Au total, 425 pages et 135 comptes ont été supprimés, a annoncé Facebook mercredi. Ils s'affichaient comme des pourvoyeurs d'informations indépendantes, allant du divertissement aux conseils de beauté, mais se sont en fait révélés être en lien avec des militaires birmans ou avec d'autres pages précédemment supprimées.

«Nous ne voulons pas que des gens ou des organisations créent des réseaux de comptes pour induire en erreur sur leur identité ou leur action», met en garde la société, qui est de loin le réseau social le plus populaire en Birmanie.

Nettoyage ethnique

La page du chef de l'armée birmane, très suivie dans ce pays où une grande partie de la communication officielle se fait sur cette plate-forme, a été fermée en août pour «violations des droits de l'homme», l'armée étant accusée de jouer un rôle de premier plan dans le nettoyage ethnique des musulmans rohingyas, qualifié de génocide par les enquêteurs de l'ONU.

Facebook a aussi interdit au début de l'année à un groupe de moines extrémistes birmans d'utiliser sa plate-forme, après avoir reconnu avoir été «lent» à s'attaquer aux contenus racistes dans le pays.

Moment délicat pour Aung San Suu Kyi

Les enquêteurs des Nations unies, qui travaillent sur les exactions contre la minorité musulmane des Rohingyas, avaient estimé que le réseau social avait joué «un rôle déterminant» dans la propagation du discours de haine.

Cette mise en garde contre une instrumentalisation de la plate-forme intervient à un moment délicat pour la dirigeante Aung San Suu Kyi, très critiquée par la communauté internationale pour sa gestion de la crise des Rohingyas et ses silences face aux exactions de l'armée et de milices bouddhistes.

La dirigeante de facto du gouvernement birman va remettre sa victoire historique de 2015 en jeu lors des élections législatives de 2020. A cette occasion, Facebook devrait faire face à une nouvelle flambée d'«incitations à la violence», dans ce pays secoué par le nationalisme bouddhiste. (afp/nxp)

Créé: 19.12.2018, 04h02

Articles en relation

L'impossible retour chez eux des réfugiés rohingyas

L'invitée Manon Schick expose le dilemme auquel sont confrontés ceux qui ont fui la Birmanie l'an dernier. Plus...

Rohingyas blessés: l'ONU lance un appel au calme

Birmanie Des policiers birmans ont blessé par balles dimanche quatre réfugiés qui se trouvaient dans un camp. L'ONU a lancé un appel au calme. Plus...

«Il y avait un trou dans le bateau»

Birmanie Une centaine de réfugiés Rohingyas, qui avaient fui un camp à bord d'un bateau, ont été interceptés par la police birmane. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...