Facebook: mesures contre la manipulation politique

Etats-Unis Suite aux soupçons d'ingérence russe, le réseau social a présenté une série d'outils destinés à mieux contrôler les annonces sponsorisées.

(Image d'illustration) Facebook compte mettre en place des critères plus restrictifs pour les annonceurs. (Lundi 2 octobre 2017)

(Image d'illustration) Facebook compte mettre en place des critères plus restrictifs pour les annonceurs. (Lundi 2 octobre 2017) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Facebook a détaillé lundi de nouveaux outils destinés à lutter contre les tentatives de manipulation politique via les contenus sponsorisés postés sur le réseau, notamment l'embauche de 1000 personnes ou la création de critères plus restrictifs pour les annonceurs.

Ingérence russe

Comme il s'y était engagé, le groupe va par ailleurs remettre lundi au Congrès américain le contenu d'environ 3000 messages («ads») postés entre 2015 et 2017 et financés par «une entité russe appelée Internet Research Agency», dont la plupart, selon Facebook, «semblent se concentrer sur des sujets sociaux et politiques clivants, embrassant tout les horizons idéologiques, et relatifs à des sujets ayant trait à la communauté LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres, NDLR), aux questions raciales, à l'immigration ou à la législation sur les armes à feu».

Moyennant finance, on peut sur les réseaux sociaux ou moteurs de recherche cibler des messages vers certaines audiences grâce à des algorithmes fondés sur le profil des utilisateurs. Les autorités américaines enquêtent sur une possible ingérence russe dans la campagne électorale de 2016, qui a mené à la victoire de Donald Trump.

Le Kremlin a nié à plusieurs reprises avoir tenté d'influencer la campagne électorale, qui avait abouti à l'élection de Donald Trump.

10 millions d'utilisateurs

Accusé d'avoir d'abord tardé à réagir, Facebook multiplie désormais les communications sur ce sujet. «Nous fournissons ces contenus au Congrès car nous voulons faire notre part pour aider les enquêteurs à mieux comprendre l'ingérence russe dans le système politique américain et expliquer ces activités au public», justifie encore le groupe.

Le réseau social aux deux milliards d'utilisateurs a indiqué qu'environ «10 millions de personnes aux Etats-Unis ont vu ces messages»

Facebook a également détaillé d'autres mesures pour mieux surveiller les contenus sponsorisés. Outre leur contenu en lui-même, le groupe promet de mieux examiner «le contexte dans lequel (le contenu) a été financé et (quelle est) l'audience visée».

Le groupe va aussi déployer «plus de 1000 personnes vers les équipes chargées de surveiller les contenus sponsorisés dans le monde et investir davantage dans l'apprentissage des machines pour mieux repérer et supprimer des contenus publicitaires».

Mieux connaître les annonceurs

Facebook compte également mettre en place des critères plus restrictifs pour les annonceurs. Outre l'interdiction des «contenus choquants», «menaces directes» ou messages de promotion des armes à feu, le groupe va désormais interdire les contenus sponsorisés qui expriment de la violence «de façon plus subtile».

Le réseau social américain veut aussi exiger davantage d'informations de la part d'annonceurs qui souhaitent publier des messages «relatifs aux élections nationales américaines». Concrètement, «les annonceurs potentiels devront confirmer quelle entreprise ou organisation ils représentent avant de pouvoir acheter» un espace publicitaire.

Il s'agit de «rendre plus difficiles les tentatives d'ingérence», écrit Facebook, dans la ligne de mire du Congrès sur ce sujet, comme Twitter et Google. (afp/nxp)

Créé: 02.10.2017, 21h12

Articles en relation

Washington veut les données des anti-Trump

Facebook La Maison Blanche réclame à Facebook les données privées de milliers d'utilisateurs hostiles au président américain. Plus...

Google, Facebook, Twitter seront témoins

Enquête russe Le Sénat américain a appelé à témoigner les géants de l'Internet dans le cadre de l'affaire russe le 1er novembre. Plus...

Trump accuse Facebook de lui être hostile

Etats-Unis Le président américain s'interroge sur le rôle que le réseau social aurait joué lors de la dernière campagne présidentielle. Plus...

La Russie menace de bloquer Facebook en 2018

Censure Une nouvelle législation est à l'origine des menaces de sanctions contre les utilisateurs du réseau social américain. Plus...

Le jour où Obama a mis en garde Zuckerberg

Influence russe L'ex-président américain a appelé le patron de Facebook pour évoquer l'influence russe dans l'élection présidentielle. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Ce week-end à Lausanne, les coureurs du semi-marathon et du marathon se verront proposer une bière (sans alcool) à l'issue de la course. Les organisateurs suivent ce qui se fait en Allemagne ou en Suisse alémanique. Car la bière est isotonique, riche en vitamines B10 et B12, et passe mieux que certaines autres boissons.
(Image: Bénédicte) Plus...