Passer au contenu principal

Facebook nie avoir censuré des vidéos

Le site parodique belge Nordpresse accuse Facebook d'avoir bloqué ses contenus portant sur l'affaire Benalla. Le réseau social invoque un problème technique.

Le problème est désormais résolu.
Le problème est désormais résolu.
Twitter

Le réseau social Facebook a démenti dimanche avoir cherché à bloquer la diffusion de contenus du site parodique belge Nordpresse sur l'affaire Benalla, invoquant des «problèmes techniques» pour expliquer des difficultés d'internautes à partager ces contenus. «Les contenus» de Nordpresse «sont autorisés sur Facebook», a indiqué le réseau social dans un communiqué diffusé dimanche en fin d'après-midi.

En revanche, «nous avons identifié un problème technique empêchant l'affichage d'un aperçu» lorsque les internautes cherchaient à partager un lien sur le site de Nordpresse, a ajouté le réseau social. Ce problème «est en train d'être réparé, et nous nous excusons pour la gêne occasionnée». «Ce sont des problèmes techniques qui ne sont pas liés au contenu» des articles, a insisté le réseau social dans son communiqué.

Nordpresse avait indiqué dimanche matin sur sa page Facebook avoir reçu «des centaines de messages de gens qui ont vu leurs partages d'articles Nordpresse supprimés de Facebook». Le site affirmait qu'il qu'il avait été mis «sur une liste noire» pour ses articles satiriques sur l'affaire Benalla. Dimanche en fin d'après-midi, Nordpresse indiquait que la situation était revenue à la normale. «C'est rétabli, nos publications sont revenues», a indiqué Nordpresse.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.