Arrêt des recherches au Népal

AvalancheLes recherches ont été stoppées lundi au mont Manaslu au Népal, éliminant quasiment tout espoir de retrouver des survivants au lendemain d'une avalanche qui a fait neuf morts et sept disparus, selon des responsables français.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Cinq alpinistes avaient été retrouvés sains et saufs lundi matin, avant l'arrêt des recherches.

«Il n'y a plus d'espoir de retrouver des disparus», a déclaré en France le vice-président du Syndicat national des guides de montagne, Christian Trommsdorff, qui est en relation avec les équipes de secours de l'Himalaya. Selon lui, le bilan s'établit à neuf morts et sept disparus.

Parmi les décédés, on compte quatre Français, deux guides de Chamonix accompagnés de deux clients. Un autre guide français, Rémy Lécluse un skieur de l'extrême réputé, et son client figurent parmi les disparus. Rémy Lécluse, 48 ans, avait ouvert de nombreuses voies, notamment dans les Andes ou l'Himalaya.

Au nombre des autres victimes, on recense un alpiniste canadien, des Espagnols, un Italien, un Allemand et un Népalais. Les ministères français et allemand des Affaires étrangères ont confirmé la mort de leurs ressortissants.

Dans un premier temps, les autorités népalaises avaient fait état de onze morts, dont sept français, au mont Manaslu, qui culmine à 8163 m et est le huitième plus haut sommet du monde.

Alpinistes secourus

Des hélicoptères ont ramené cinq alpinistes sains et saufs, dont deux Italiens, et six corps. La radio France Info a évoqué lundi un Suisse parmi les survivants. Le Département fédéral des Affaires étrangères (DFAE) a pour sa part indiqué à l'ats qu'il n'y a pour l'heure aucune information selon laquelle des ressortissants suisses ont été touchés par l'avalanche.

Huit autres alpinistes, qui ne sont pas blessés, se trouvent toujours dans le camp et certains pourraient continuer leur ascension, selon la police locale.

Le groupe emporté par l'avalanche était composé d'une trentaine d'alpinistes partis conquérir l'un des sommets les plus difficiles et dangereux du monde. Leur campement était installé à 6800 m d'altitude. Les alpinistes ont été frappés dans leur sommeil par la chute d'un mur de glace et de neige.

Craintes pour le tourisme

Cette avalanche est la catastrophe la plus grave en près de 20 ans. En 1995, au moins 42 personnes, dont 17 étrangers, avaient trouvé la mort dans le secteur de l'Everest.

Le Népal, qui se remet difficilement de dix années de guerre civile, craint que cet accident ne porte un rude coup au tourisme, vital pour son économie. Le tourisme représente 4% du produit intérieur brut (PIB) du pays.

Selon lui, 232 étrangers ont obtenu l'autorisation d'entreprendre l'ascension du Manaslu pour la saison d'automne qui a commencé ce mois-ci. Ces alpinistes sont accompagnés de plus de 150 guides locaux et de personnel d'assistance.

(afp/ S.P./nxp)

Créé: 24.09.2012, 14h58

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.