L'accusée dit avoir agi «comme un zombie»

Procès LionnetSabrina Kouider, accusée du meurtre de Sophie Lionnet, a expliqué comment elle avait terrorisé sa victime.

Plusieurs manifestations ont eu lieu pour dénoncer le meurtre de la jeune fille au pair.

Plusieurs manifestations ont eu lieu pour dénoncer le meurtre de la jeune fille au pair. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sabrina Kouider a reconnu mardi avoir agi «comme un zombie» pour terrifier et faire avouer à sa jeune fille au pair, Sophie Lionnet, qu'elle complotait contre sa famille, lors de son procès pour le meurtre de la jeune Française à Londres.

Le procureur, Richard Horwell, a longuement interrogé la mère de famille de 35 ans sur ses intentions, avec son compagnon et co-accusé Ouissem Medouni, lors des interrogatoires qu'ils faisaient subir à la jeune fille, parfois jusqu'au petit matin.

«J'étais comme un zombie, traumatisée», a répondu Sabrina Kouider, des sanglots dans la voix. «Je n'étais plus moi-même, j'étais effrayée, je ne dormais plus».

Pendant des semaines, les deux accusés ont fait subir à la jeune fille au pair de violents interrogatoires, persuadés qu'elle complotait avec Mark Walton, un ancien compagnon de Sabrina Kouider, pour mener des agressions sexuelles sur les membres de sa famille à leur domicile du sud-ouest londonien.

Il fallait «qu'elle sache ce qu'on fait aux pédophiles», a dit l'accusée. «Je ne dis pas que c'est normal, ce n'est pas bien, mais elle mentait continuellement», a-t-elle soutenu. Cependant, selon elle, Sophie Lionnet «était effrayée mais pas par moi, par Medouni».

De même, sur la question du retour de la jeune fille en France, elle a soutenu avoir voulu lui acheter un billet pour lui permettre de rentrer chez elle, dans la région de Troyes (à l'est de Paris), sans que Medouni ne le permette.

«J'ai réservé un billet mais je n'ai pas procédé au paiement, je le regrette», a-t-elle raconté. «J'ai dit (à Ouissem Medouni) prends ta carte de paiement, et paie, je veux qu'elle rentre ».

«Nous avions des conversations»

Au procureur Richard Horwell qui lui demandait pourquoi elle n'a pas terminé elle-même la démarche, Sabrina Kouider a rétorqué: «j'avais à faire avec les enfants, je ne pouvais pas».

Alors que M. Horwell a souligné la contradiction qu'il y avait à faire dormir Sophie Lionnet dans la chambre des deux enfants de Sabrina Kouider, malgré les accusations qu'elle portait contre la jeune fille au pair, elle a simplement répondu: «C'est une question que je me suis posée chaque jour jusqu'à aujourd'hui».

Les enquêteurs ont retrouvé dans son téléphone un enregistrement de son fils qui lui racontait un rêve dans lequel Sophie Lionnet le poignardait. Pourquoi n'avoir pas déménagé la jeune fille après ce récit?, a interrogé le procureur. «Ce n'était qu'un rêve», a-t-elle écarté.

A partir de la rentrée scolaire de septembre 2017, Sophie Lionnet n'avait plus été vue accompagnant ou venant chercher les enfants à l'école, comme elle le faisait l'année scolaire précédente. «Comme tous les parents, je voulais accompagner mes enfants pour leur premier jour d'école», a justifié l'accusée.

Elle n'a pas expliqué pourquoi Sophie Lionnet, dont c'était le travail, ne les a pas accompagnés les jours suivants. Le procureur a suggéré que c'était parce que le couple avait commencé à faire usage de «violence réelle», physique à son encontre, lui causant «des fractures». «Je ne la malmenais pas», a-t-elle répondu. «Nous avions seulement des conversations».

Le corps carbonisé de Sophie Lionnet avait été retrouvé le 20 septembre par les pompiers, dans le jardin du couple. Les plaidoiries de la défense doivent commencer à partir de mercredi et jusqu'à jeudi soir. (afp/nxp)

Créé: 08.05.2018, 16h54

Articles en relation

La fille au pair «vivait comme une princesse»

Affaire Lionnet Sabrina Kouider, accusée du meurtre de Sophie Lionnet, a qualifié les conditions de vie de la victime d'idéales. Plus...

La fille au pair tuée, une «menteuse» invétérée?

Procès Lionnet Le procès de la femme suspectée d'avoir tué sa jeune fille au pair avec son compagnon se poursuit à Londres. Plus...

L'avocat du compagnon attaque l'accusée

Procès Lionnet La femme suspectée d'avoir tué sa jeune fille au pair avec son compagnon est pointée du doigt par la défense de son ami pour de «fausses accusations». Plus...

Elle reconnaît avoir été violente avec la jeune fille

Procès Lionnet La femme suspectée d'avoir tué avec son compagnon la jeune fille au pair reconnaît avoir été violente avec la victime. Plus...

L'accusée retrace une vie chaotique

Procès Lionnet La femme suspectée d'avoir tué avec son compagnon sa fille au pair en 2017 a témoigné vendredi devant la cour criminelle de l'Old Bailey. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.