Passer au contenu principal

NantesAffaire de Ligonnès: la maison du drame familial vidée

Alors que plus d’un an s’est écoulé depuis la découverte de cinq corps de la famille de Xavier de Ligonnès, l’enquête n’avance pas. La maison où le drame a eu lieu a été vidée cette semaine.

Sollicités par un huissier, quatre déménageurs ont vidé mercredi matin la maison familiale
Sollicités par un huissier, quatre déménageurs ont vidé mercredi matin la maison familiale
AFP

Les habitants du 55, boulevard Schuman à Nantes ont observé en milieu de semaine une agitation dans un quartier qui avait retrouvé son calme après avoir été sous les feux des projeteurs médiatiques, il y a aujourd’hui plus qu’un an.

Rappel des faits: le 21 avril 2011, des policiers ont dû forcer l’entrée d’une maison familiale, à la suite d'une alerte donnée par des voisins. Horreur: les corps d'Agnès Dupont de Ligonnès et de ses quatre enfants âgés de 13 à 20 ans avaient été dissimulés dans la terre sous la terrasse.

Possible mise en vente de la maison

Sollicités par un huissier, quatre déménageurs ont vidé mercredi matin les pièces l'une après l'autre, rapporte le quotidien régional Presse Océan.

Toute la journée les employés de l’entreprise de déménagement mandatée ont chargé sans discontinuer dans un camion de location des sacs poubelles et des objets divers, tuyaux d'arrosage, pots de fleurs, sacs à dos de randonnée ou jeux de société.

Selon des témoins, un sac poubelle éventré a laissé s’échapper des livres et des cahiers de classe tandis que la fenêtre du premier étage de la maison familiale aurait été brièvement ouverte pour la première fois depuis la découverte macabre.

Les meubles et effets personnels saisis devraient être amenés dans une déchetterie. Selon France 3 Pays-de-la-Loire, ce déménagement se déroulerait dans le cadre d'une possible mise en vente de la maison par les héritiers du propriétaire. Les scellés sur la bâtisse avaient été levés fin février. Les déménageurs ont, tout au long de l’opération, interdit l'accès de la maison, se disant liés par une clause de confidentialité à l'huissier qui a commandité l'opération.

Vaste ratissage infructueux dans le Var

Un an après le quintuple meurtre, on est toujours sans nouvelle de Xavier de Ligonnès, principal suspect, mari et père des victimes. Sa trace n'a pu être retrouvée, malgré un mandat d'arrêt international, 700 signalements recoupés, 2200 procès-verbaux d'audition et d'investigations.

Selon l’enquête, il aurait été vu par un témoin le 15 avril 2011 à Roquebrune-sur-Argens (Var). Les forces de police avaient alors ratissé au peigne fin un vaste secteur en quête d’éventuels indices ou de son corps, dans l’hypothèse où il se serait donné la mort dans la région. L’auteur présumé du quintuple meurtre, s’il a laissé des traces écrites sur internet accréditant l’éventualité d’un suicide, n’a jamais redonné signe de vie depuis.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.