Passer au contenu principal

Deux arrestations après le meurtre d'un policier belge

La police néerlandaise a interpellé deux hommes suspectés d'être liés à une fusillade mortelle survenue dimanche dans l'est de la Belgique.

Le policier belge a été tué d'une balle dans la tête tirée à bout portant dimanche à Spa.
Le policier belge a été tué d'une balle dans la tête tirée à bout portant dimanche à Spa.
AFP

Deux hommes ont été arrêtés lundi aux Pays-Bas au lendemain du meurtre d'un policier à Spa, dans l'est de la Belgique, portant à trois le nombre des suspects interpellés, a annoncé le parquet de Verviers.

«Procédure d'entraide judiciaire»

Un premier homme, soupçonné d'être l'auteur du tir mortel, avait été interpellé dimanche matin à Spa, quelques heures après la fusillade survenue vers 2H00 au cours d'un contrôle routier à la suite d'un incident devant un bar.

Présenté par les médias comme étant «Ivo T.», un trentenaire de nationalité néerlandaise, le principal suspect était toujours entendu lundi en fin d'après-midi et devait être présenté dans la soirée à une juge d'instruction, selon le parquet.

Lundi, a-t-il précisé dans un communiqué, ce sont les deux personnes qui l'accompagnaient qui ont, à leur tour, été interpellées et «privées de liberté», aux Pays-Bas. Il s'agit de deux hommes.

«Une procédure d'entraide judiciaire est actuellement en cours avec les Pays-Bas, avec qui la collaboration peut être qualifiée d'excellente», souligne le parquet.

Abattu à bout portant

Le meurtre d'Amaury Delrez, un policier de 38 ans père de trois enfants, a suscité une vive émotion au sein des forces de l'ordre en Belgique, trois mois après l'assassinat de deux policières, le 29 mai à Liège (est). Cette attaque avait été revendiquée par le groupe Etat islamique.

Selon les premiers éléments de l'enquête révélés dans la presse belge, le policier a été tué d'une balle dans la tête tirée à bout portant par un homme surgi d'un taxi qui faisait l'objet d'un contrôle.

Rejoignant deux autres clients montés précédemment, trois hommes -dont le tireur présumé- venaient d'être pris en charge par ce taxi devant un bar de la cité thermale belge d'où ils s'étaient faits refouler, suscitant une altercation sur le trottoir.

«Témoins privilégiés»

Lundi, les deux passagers du taxi qui ont brièvement côtoyé le trio, qualifiés de «témoins privilégiés» dans l'enquête, se sont présentés à la police après la diffusion d'un avis de recherche.

Ils ont été entendus par les policiers avant d'être libérés. «Leurs déclarations seront confrontées aux différents éléments qui ont été et sont recueillis dans le cadre de l'enquête», a encore fait savoir le parquet.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.