Deux membres de la famille inculpés

Affaire GrégoryCoup de théâtre, 32 ans après la mort du petit garçon: son grand-oncle et sa grand-tante, ont été inculpés pour enlèvement et séquestration suivie de mort.

Vidéo: Archives/photo d'illustration/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Marcel Jacob, 71 ans, l'oncle du père de l'enfant de quatre ans retrouvé mort pieds et poings liés dans un cours d'eau en octobre 1984 dans l'est de la France, a été placé en détention provisoire. Tout comme son épouse Jacqueline, 72 ans. «A l'évidence, Grégory a été enlevé du domicile de ses parents et retenu un certain temps jusqu'à sa mort», a assuré devant la presse le procureur de la République de Dijon (centre-est) Jean-Jacques Bosc.

Le couple a nié toute implication mais ne présente pas en l'état d'alibi qui soit «confirmé ou étayé», a encore affirmé le magistrat. Ils avaient été placés en garde à vue mercredi, après leur interpellation dans les Vosges (nord-est).

L'avocat de M. Jacob a jugé «criminel de jeter en pâture le nom d'un couple», alors que la justice «n'a aucun élément matériel, rien» à leur encontre. «On a mis la charrue avant les boeufs», a estimé Me Stéphane Giuranna.

C'est un rebondissement majeur dans cette affaire qui a tenu en haleine la France pendant trois décennies, fait l'objet de 3.000 articles de presse, une cinquantaine de travaux universitaires, un téléfilm et une quinzaine d'ouvrages. Le procureur Bosc avait désigné jeudi Jacqueline Jacob comme l'un des corbeaux de l'affaire.

Une belle-soeur du père de Grégory, Ginette Villemin, placée en garde à vue en même temps qu'eux, a été remise en liberté jeudi. Et les grands-parents paternels de l'enfant ont eux été entendus comme témoins à leur domicile. Selon une source proche du dossier, Jacqueline Jacob est restée mutique en garde à vue et son mari s'est contenté d'affirmer qu'il ne se rappelait de rien face aux gendarmes, qui tentent de démêler les haines qui déchiraient la famille.

Vengeance familiale

Marcel Jacob et Michel Villemin, frère de Jean-Marie, étaient très liés à Bernard Laroche, premier suspect de l'affaire, tué en 1985 par Jean-Marie, son cousin qui le pensait coupable.

Et c'est le «clan Laroche» qui se retrouve de nouveau au centre de l'enquête, relancée par l'analyse graphologique des lettres de menaces et autres courriers anonymes qui foisonnent dans le dossier, à défaut d'analyses ADN probantes. «Les investigations montrent que plusieurs personnes ont concouru à la réalisation du crime», avait affirmé jeudi le procureur Bosc.

De nouvelles expertises d'une lettre de menaces, manuscrite et anonyme, adressée en 1983 au père de Grégory, orientent les soupçons sur Jacqueline Jacob. Les enquêteurs s'étaient aussi penchés à de nombreuses reprises sur un mystérieux «corbeau» ayant revendiqué le meurtre de l'enfant, en invoquant une «vengeance» dans une lettre postée apparemment avant la découverte du corps, en 1984. Marcel Jacob a déjà été soupçonné, durant la procédure, d'avoir endossé le rôle du «corbeau», mais il n'avait jamais été inquiété jusque-là.

Un logiciel d'analyse criminelle, conçu par la gendarmerie et fréquemment utilisé pour résoudre les «cold cases», a permis d'avoir «un regard neuf sur la procédure» en reconstituant la chronologie avant et après le crime et en pointant des incohérences «qui avaient jusque-là échappé aux enquêteurs».

Les premières investigations sur l'affaire avaient été bâclées: les gendarmes avaient oublié de relever les traces de pneus près de la rivière, les prélèvements sur le terrain avaient été mal collectés, l'autopsie de l'enfant avait été incomplète. La leçon a été tirée de ce fiasco: une véritable police technique et scientifique a depuis été mise sur pied.

(ats/nxp)

Créé: 16.06.2017, 09h07

Galerie photo

L'affaire du petit Grégory en images (NXP)

L'affaire du petit Grégory en images (NXP) Il y a 32 ans, la France découvrait, médusée, l'assassinat du petit Grégory Villemin, 4 ans, dans un village de l'est du pays.

Articles en relation

Affaire du petit Grégory: il y a eu plusieurs criminels

France L'enquête sur la mort du garçonnet, en 1984 dans l'est de la France, où deux membres de la famille sont toujours en garde à vue, montre que «plusieurs personnes ont concouru au crime». Plus...

Le père du petit Grégory reçu par le juge

France Jean-Marie Villemin, père du garçonnet retrouvé mort dans une rivière en 1984, a été reçu à Dijon par le magistrat chargé de l'enquête «pour aborder avec lui le dossier». Plus...

L'affaire du petit Grégory rebondit

France Trois personnes ont été placées en garde à vue, mercredi, dans l'affaire de l'assassinat de ce garçonnet de 4 ans. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les excès de zèle de Corsier pour naturaliser un étranger, paru le 25 juillet
(Image: Bénédicte) Plus...