Deux victimes de plus pour Michel Fourniret

France«L'ogre des Ardennes» a avoué récemment les meurtres de deux autres femmes. Ce qui porte son nombre de victimes à neuf.

Michel Fourniret en mai 2008.

Michel Fourniret en mai 2008. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le tueur en série français Michel Fourniret a avoué avoir tué deux femmes au début des années 90, la Britannique Joanna Parrish et la Française Marie-Angèle Domece, au cours de récentes auditions devant le juge d'instruction, a déclaré vendredi l'avocat de la famille Parrish.

Condamné à la perpétuité en 2008 pour les meurtres de sept jeunes filles, Michel Fourniret, surnommé «l'ogre des Ardennes», a été entendu dans le plus grand secret à plusieurs reprises depuis la semaine dernière par une juge d'instruction parisienne.

«Il a fait des aveux circonstanciés et réitérés. Il reconnaît clairement et à plusieurs reprises avoir tué Joanna Parrish et Marie-Angèle Domece», a affirmé Didier Seban, l'avocat de Joanna Parrish, après avoir été reçu dans la matinée par le magistrat.

«C'est un rebondissement», «une résolution me semble-t-il de l'affaire de manière remarquable», a souligné l'avocat, espérant l'organisation prochaine d'un nouveau procès. «Compte tenu de investigations en cours», le parquet de Paris n'a pas souhaité faire de commentaires.

Inculpé en 2008

Michel Fourniret avait été inculpé en 2008 pour les enlèvements et les assassinats de ces deux jeunes femmes, mais la cour d'appel avait finalement ordonné un non-lieu à son encontre, le 14 septembre 2011. Le 17 mai 1990, le corps dénudé de Joanna Parrish, alors assistante d'anglais au lycée Jacques-Aymot d'Auxerre, avait été retrouvé à Moneteau (centre). L'autopsie avait révélé qu'elle avait été violée et battue avant sa mort.

Marie-Angèle Domece, une jeune handicapée mentale, avait disparu le 8 juillet 1988 dans l'Yonne (centre), à l'âge de 19 ans. Son corps n'avait jamais été retrouvé. Une disparition sur laquelle Michel Fourniret avait été interrogé dès juin 2007. Dans ces deux affaires, Michel Fourniret avait été dénoncé à deux reprises par son épouse Monique Olivier, qui s'était par la suite rétractée.

Michel Fourniret a lui toujours contesté son implication dans ces deux disparitions, y compris pendant son procès devant la cour d'assises des Ardennes, où il a été condamné le 28 mai 2008, à la perpétuité incompressible pour sept meurtres. Son ex-femme Monique Olivier a été condamnée à la perpétuité, accompagnée d'une mesure de sûreté de 28 ans, pour sa complicité dans cinq meurtres.

En juin 2012, la cour d'appel de Paris avait annulé l'ordonnance de non-lieu et demandé aux juges de rouvrir l'instruction sur la base de nouvelles pistes. (afp/nxp)

Créé: 16.02.2018, 15h46

Articles en relation

Le tueur en série Michel Fourniret renvoyé aux Assises

France Michel Fourniret est accusé d'avoir assassiné en 1988 l'épouse d'un ex-codétenu, qui lui avait permis de mettre la main sur un magot amassé par le célèbre «Gang des postiches». Plus...

La maison du couple Fourniret vendue aux enchères

Belgique La dernière maison où vécurent en Belgique le tueur en série français Michel Fourniret et son épouse Monique Olivier a été vendue aux enchères mardi pour 57'000 euros. Plus...

La maison du sinistre couple Fourniret est à vendre

Belgique La demeure, à quelques kilomètres de la frontière française, a abrité 22 ans le couple condamné en mai 2008 à la prison à perpétuité pour avoir tué sept jeunes femmes. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.