Passer au contenu principal

Etats-UnisDes filles en leggings interdites d'embarquer

Twitter s'est enflammé, lorsque United Airlines a interdit de vol des filles parce qu'elles portaient des leggings.

«Nos passagères ordinaires ne se verront pas refuser l'embarquement parce qu'elles portent des leggings ou des pantalons de yoga», a déclaré un porte-parole au Washington Post. (Image d'illustration)
«Nos passagères ordinaires ne se verront pas refuser l'embarquement parce qu'elles portent des leggings ou des pantalons de yoga», a déclaré un porte-parole au Washington Post. (Image d'illustration)
AFP

La compagnie aérienne américaine United Airlines a déclenché une tempête sur les réseaux sociaux en empêchant deux filles d'embarquer dimanche sur un vol à Denver parce qu'elles portaient des leggings.

Après avoir accepté de se changer, une troisième fille qui portait elle aussi des leggings a été autorisée à prendre ce vol de l'aéroport international de Denver (Colorado) vers Minneapolis (Minnesota).

L'incident a été relaté en temps réel sur Twitter par Shannon Watts, fondatrice d'un groupe pour le contrôle des armes à feu, Moms Demand Action. Cette militante se trouvait dans l'aéroport et attendait d'embarquer sur un vol pour Mexico.

Accord de la compagnie

«Elle les oblige à se changer ou à mettre des robes par dessus leurs leggings ou bien elles ne peuvent pas embarquer», a-t-elle écrit, se référant à l'employée de la compagnie qui donnait ces instructions. «Depuis quand @united réglemente-t-il la tenue des femmes ?».

Puis, décrivant l'une des filles concernées, elle a tweeté: «Une fille de 10 ans en leggings gris», «Elle paraît normale et correcte».

Mais United Airlines a confirmé la décision de son employée et l'a soutenue dans une série de tweets. Par la suite, United a expliqué que les filles qui avaient été bloquées à la porte d'embarquement étaient des «pass riders», des personnes qui voyagent gratuitement ou à des tarifs très réduits parce qu'elles sont des employés de la compagnie ou des proches.

Contrepartie vestimentaire

Or ce privilège s'accompagne de règles particulières, notamment vestimentaires. «Nos passagères ordinaires ne se verront pas refuser l'embarquement parce qu'elles portent des leggings ou des pantalons de yoga», a déclaré un porte-parole au Washington Post.

«Mais les passagers qui voyagent en tant que 'pass traveller' doivent suivre les règles», et la prohibition des leggings «est une de ces règles», a-t-il dit. Dans un communiqué publié lundi 27 mars, la compagnie tient à préciser que ses clients 'classiques' sont les bienvenus en leggings.

Ces précisions n'ont pas empêché un tsunami de moqueries contre United Airlines sur les réseaux sociaux, beaucoup dénonçant une ingérence sexiste et intrusive.

«@united: Les leggings sont une tenue courante pour les filles de 10 ans. Ce sont des enfants», a tweeté l'actrice Patricia Arquette.

Le mannequin Chrissy Teigen a apporté sa contribution au débat: «J'ai déjà voyagé sur United littéralement sans vêtement du bas. Seulement un haut long faisant office de robe. La prochaine fois je mettrai un jeans et une écharpe».

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.