Graciée, Jacqueline Sauvage bientôt libre?

FranceLa justice doit trancher ce vendredi pour la libération de la femme de 68 ans condamnée pour le meurtre de son mari qui était violent.

Jacqueline Sauvage, 68 ans, est devenue le symbole des violences conjugales.

Jacqueline Sauvage, 68 ans, est devenue le symbole des violences conjugales. Image: Archives/photo d'illustration/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Condamnée à dix ans de prison pour le meurtre de son mari violent mais graciée par François Hollande, Jacqueline Sauvage sera-t-elle libérée? La justice tranche vendredi le cas de cette femme de 68 ans, devenue le symbole des violences conjugales.

C'est au sein de la prison de Réau (Seine-et-Marne), où Jacqueline Sauvage a été transférée début février pour subir une expertise psychologique et médicale destinée à «évaluer» sa «dangerosité», que le tribunal d'application des peines (TAP) siégera pour rendre sa décision sur sa demande de libération conditionnelle présentée à la suite de sa grâce.

Le parquet de Melun a pris des réquisitions favorables à la remise en liberté de la sexagénaire, condamnée en appel en décembre à dix ans de prison par la cour d'assises du Loir-et-Cher pour le meurtre de son mari, qui la battait depuis des années et avait violé ses filles.

Trois coups de fusil

«C'est un dossier qui remplit toutes les conditions d'une libération conditionnelle», a dit à l'AFP la procureure de Melun, Béatrice Angelelli, qui prévoit de faire appel si le tribunal rendait une décision défavorable.

Jacqueline Sauvage avait été reconnue coupable, en première instance comme en appel, d'avoir tué son mari de trois coups de fusil dans le dos en 2012, après 47 ans d'enfer conjugal.

Lors de l'audience, ses trois filles avaient témoigné violemment à charge contre leur père, entrepreneur d'une société de transport, mort à 65 ans. Toutes trois ont été violées, battues comme l'était leur mère. Leur frère, également victime des violences de son père, s'était suicidé la veille du jour où leur mère a tué son mari.

«Notre père est décédé et pour moi, c'est un soulagement», avait lancé aux jurés l'une de ses filles, violée à l'âge de 16 ans et victime de graves violences alors qu'elle était devenue une adulte.

La condamnation en appel avait suscité une vague de mobilisation, et la demande de grâce présidentielle formulée par ses filles avait été appuyée par de nombreux parlementaires et personnalités. Un comité de soutien s'était constitué, réunissant notamment la maire PS de Paris Anne Hidalgo, l'écologiste Daniel Cohn-Bendit et le cofondateur du Parti de gauche Jean-Luc Mélenchon. Une pétition «Libérez Jacqueline !» avait recueilli 400.000 signataires dans toute la France.

«Situation humaine exceptionnelle»

«Monsieur le président, notre mère a souffert tout au long de sa vie de couple, victime de l'emprise de notre père, homme violent, tyrannique, pervers et incestueux», avaient plaidé les filles de Jacqueline Sauvage, Sylvie, Carole et Fabienne, dans une lettre adressée au chef de l'Etat.

Deux jours après avoir reçu à l'Elysée ses trois filles et ses avocates, François Hollande avait accordé le 31 décembre une grâce présidentielle à Jacqueline Sauvage, en vertu du droit de grâce que lui accorde la Constitution.

«Face à une situation humaine exceptionnelle», le président de la République a voulu «rendre possible, dans les meilleurs délais, le retour de Jacqueline Sauvage auprès de sa famille» mais «dans le respect de l'autorité judiciaire, avait alors déclaré l'Elysée.

François Hollande n'a exercé qu'une seule fois ce droit de grâce, en janvier 2014, permettant la libération conditionnelle du plus ancien détenu de France, Philippe El Shennawy, sans éteindre sa peine.

A l'issue de l'«évaluation» de la «dangerosité» de la condamnée, la commission pluridisciplinaire des mesures de sûreté, où siègent notamment le préfet du département et un bâtonnier, a émis un «avis défavorable» à sa libération. Mais cet avis reste consultatif.

Si la décision du tribunal d'application des peines s'avère favorable à la remise en liberté de Jacqueline Sauve, «elle sera nécessairement assortie d'une surveillance électronique», avaient indiqué à l'AFP ses avocates, Nathalie Tomasini et Janine Bonaggiunta. (afp/nxp)

Créé: 10.08.2016, 07h54

Articles en relation

Elle tue son mari violent, Hollande la gracie

France Le président a décidé d'octroyer une remise de peine à une femme qui a abattu son époux, qui avait fait subir des violences à elle et ses enfants. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.