«Comme un film de terreur»

BrésilUne fête estudiantine dans une discothèque à Santa Maria au Brésil a tourné à la tragédie après un incendie. Le feu a piégé une foule de jeunes et fait 233 morts et 116 blessés selon le dernier bilan de la police.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Panique, bousculade dans une fumée noire toxique, jeunes gens se piétinant pour sortir de la discothèque dont les portes de secours étaient verrouillées: les survivants ont décrit «un film de terreur».

L'incendie, provoqué par un feu de Bengale allumé par le chanteur d'un groupe qui se produisait dans la discothèque Kiss, s'est rapidement propagé, transformant l'établissement en piège mortel, jonché de personnes asphyxiées, jusque dans les toilettes où certains avaient tenté de se réfugier.

«Une fille est morte dans mes bras. J'ai senti son coeur arrêter de battre. Je n'avais vu cela qu'au cinéma, a témoigné un jeune dentiste, Matheus Bortolotto, qui a perdu un ami proche dans la tragédie. Nous n'avons pas réussi à utiliser la sortie de secours. Ceux qui étaient au fond de la discothèque sont restés piégés.»

Confusion

«On a demandé aux gens de sortir mais il y avait beaucoup de monde. Au milieu de la confusion, ils ont commencé à se piétiner. Il y en a qui n'ont pas eu le temps de sortir», a raconté au site d'informations G1 un agent de sécurité du Kiss, identifié comme Rodrigo

«On a réussi à sortir quelques personnes mais beaucoup n'ont pas résisté. Certains avaient 80% du corps brûlé. Un de nos collègues y est resté. Un vrai film de terreur», a-t-il ajouté.

«Sortie des clients bloquée»

Mais selon le chef des pompiers, Guido de Melo, la sécurité de l'établissement, inconsciente de la gravité de la situation, a dans un premier temps «bloqué la sortie des clients» pour s'assurer qu'ils payaient leurs consommations. «C'est cela qui a causé un grand mouvement de panique», a-t-il souligné.

L'incendie a commencé vers 2h30 du matin (5h30 en Suisse) et n'a été maîtrisé que vers 8h. Avant même l'arrivée des pompiers, des habitants armés de gros marteaux ont tenté de casser les murs de la discothèque pour essayer d'aider les jeunes à sortir et à respirer.

La licence autorisant le fonctionnement de la discothèque était périmée depuis le mois d'août, selon les pompiers.

«Bilan à la hausse»

«Le nombre de personnes tuées est de 233, parmi lesquelles 120 hommes et 113 femmes», pour «la plupart asphyxiées», a déclaré dans l'après-midi le commandant adjoint du Bataillon des opérations spéciales de la police militaire, Rois Tavares. La police avait auparavant fait état de 245 morts et 48 blessés.

«Tous les corps ont été retirés de l'intérieur de la discothèque» qui est actuellement mise sous scellés pour les besoins de l'enquête, a ajouté ce responsable policier.

Les corps des victimes ont été conduits au Centre sportif municipal de Santa Maria où les familles entraient par groupes de 20 pour identifier leurs proches. Des parents en pleurs, des survivants aux yeux hagards, le visage encore noir de fumée, se sont massés toute la journée en attendant des nouvelles de leurs proches et amis.

«Cellule d'aide»

La mairie de Santa Maria, une ville universitaire de 262'000 habitants à 300 km de Porto Alegre, la capitale de l'État de Rio Grande do Sul, a décrété un deuil officiel de trente jours et a monté une cellule d'aide psychologique aux proches des victimes dans le centre sportif.

Les autorités ont lancé un appel au calme et demandé aux familles d'apporter des photos des jeunes pour faciliter l'identification. Elles ont appelé la population a donner son sang.

«Message de la présidente»

La présidente Dilma Rousseff a annulé un voyage au Chili où elle devait participer à un sommet Amérique latine/Union européenne, pour se rendre sur les lieux de la catastrophe.

«Je voudrais dire à la population de Santa Maria que dans ce moment de tristesse, nous sommes avec vous», a-t-elle déclaré, réprimant des larmes, devant les médias. (afp/nxp)

Créé: 27.01.2013, 15h08

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.