Londres réexamine sa coopération avec Oxfam

Scandale en HaïtiLe gouvernement britannique demande des comptes à l'ONG, dont des employés sont soupçonnés d'avoir engagé des prostituées en Haïti en 2010.

Image prétexte - un mémorial en hommage aux victimes du séisme de 2010 à Titanyen. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le gouvernement britannique a annoncé vendredi qu'il réexaminait sa coopération avec l'organisation humanitaire Oxfam à la suite d'informations selon lesquelles des responsables d'Oxfam auraient engagé des prostituées à Haïti après le séisme de 2010.

Oxfam est une confédération d'organisations humanitaires dont le siège se trouve à Oxford, en Grande-Bretagne. Selon le quotidien britannique The Times, des employés d'Oxfam ont engagé de jeunes prostituées en 2011 à Haïti au cours d'une mission consécutive au séisme qui avait ravagé le pays en 2010 et fait près de 300'000 morts.

Des informations jugées «vraiment choquantes» par Downing Street. «Nous voulons qu'Oxfam fournisse toutes les preuves qu'ils ont des événements à la Commission caritative (institution britannique qui contrôle les organisations humanitaire, ndlr) pour une enquête complète et urgente sur ces allégations très graves», a indiqué un porte-parole de la première ministre.

La Commission caritative a indiqué dans un communiqué avoir reçu un rapport d'Oxfam en août 2011. Toutefois, ce rapport mentionnait des «comportements sexuels inappropriés, des faits d'intimidation, de harcèlement et d'intimidation du personnel» mais n'évoquait pas des «abus portant sur des bénéficiaires» de l'ONG ni de «potentiels crimes sexuels impliquant des mineurs».

«Manque de jugement»

«Notre approche aurait été différente si tous les détails mentionnés par la presse nous avaient été communiqués à ce moment-là», écrit la Commission. Celle-ci a demandé à Oxfam de fournir des informations supplémentaires «de toute urgence».

Selon le Département du développement international (DFID) britannique, les dirigeants d'Oxfam ont «manqué de jugement» dans leur enquête et dans leur communication à ce sujet. La ministre chargée du Développement international «réexamine son travail actuel avec Oxfam et a réclamé une rencontre avec son équipe de direction dès que possible», a précisé une porte-parole du DFID.

Selon l'enquête du Times, des groupes de jeunes prostituées étaient invités dans des maisons et des hôtels payés par Oxfam. Une source citée par le quotidien dit avoir vu une vidéo d'une orgie avec des prostituées portant des T-shirts d'Oxfam.

En outre, le quotidien affirme qu'Oxfam n'a pas prévenu d'autres ONG du comportement des employés impliqués dans ce scandale, ce qui a permis à ces employés d'obtenir par la suite des missions auprès de personnes vulnérables dans d'autres zones de catastrophes naturelles.

Sept départs de l'ONG

Ainsi, le Belge Roland van Hauwermeiren, 68 ans, contraint de démissionner, comme l'a confirmé Oxfam, de son poste de directeur pour Haïti de l'organisation après avoir admis avoir engagé des prostituées, est devenu chef de mission pour Action contre la faim au Bangladesh de 2012 à 2014.

ACF avait contacté Oxfam avant de recruter Roland van Hauwermeiren, mais l'ONG ne lui avait pas indiqué les raisons de sa démission, a déclaré Mathieu Fortoul, porte-parole d'ACF. «En outre, nous avons reçu des références positives de la part d'anciens employés d'Oxfam - à titre individuel - qui ont travaillé avec lui, dont une personne chargée des relations humaines», a ajouté le porte-parole.

Oxfam a assuré avoir lancé, dès sa connaissance des accusations, en 2011, une enquête interne. Quatre employés ont été licenciés et trois autres, dont Roland van Hauwermeiren, ont démissionné avant la fin de cette enquête, a indiqué Oxfam. L'ONG dit n'avoir fourni aucune référence positive les concernant.

L'organisation s'est défendue d'avoir voulu dissimuler les faits afin de protéger sa réputation. Des communiqués de presse ont été diffusés en août et septembre 2011 au sujet de l'enquête, sans toutefois préciser la nature des accusations. L'ONG a condamné le comportement «totalement inacceptable» des employés visés et indiqué que «les accusations selon lesquelles de jeunes filles mineures étaient impliquées ne sont pas prouvées». (afp/nxp)

Créé: 10.02.2018, 07h06

Articles en relation

Oxfam empêtré dans un scandale de prostitution

Haïti Des employés de l'ONG Oxfam sont accusés d'avoir engagé des prostituées pendant une mission à Haïti. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.