Passer au contenu principal

Martin Shkreli menace Wu-Tang Clan

Vexé, le sulfureux PDG menace de détériorer l'album unique qu'il détient.

Capture écran de l'une des vidéos qui émaillent la polémique.

Le patron controversé Martin Shkreli, connu pour avoir augmenté le prix d'un médicament de plus de 5000% l'an dernier, a menacé jeudi d'endommager le dernier album du groupe Wu-Tang Clan.

Il en détient l'unique exemplaire.

Surnommé «l'homme, le plus détesté des Etats-Unis», Martin Shkreli a acquis pour deux millions de dollars au début décembre l'album «Once Upon a Time in Shaolin». L'accord conclu entre le légendaire groupe et le PDG de 32 ans interdisait à ce dernier de revendre le disque, mais il pouvait le diffuser gratuitement sur Internet, ce qu'il n'a jamais fait.

Le ton est monté jeudi quand Martin Shkreli a lancé un ultimatum au membre du Wu-Tang Clan, «Ghostface Killah», qu'il accuse de l'avoir insulté sur une vidéo du site spécialisé dans les célébrités TMZ. «J'attends des excuses écrites», a écrit le jeune patron sur Twitter. «Au moins 500 mots, pas d'erreurs grammaticales et Shaolin restera intact».

«Sans moi, tu n'es rien»

Martin Shkreli a aussi provoqué «Ghostface Killah» dans une vidéo sur laquelle l'homme d'affaires détesté sirote un verre entouré de trois hommes masqués brandissant un coffret argenté, censé contenir le précieux album.

«Je vais t'effacer des livres d'histoire du rap», provoque Martin Shkreli, accusant le chanteur de 45 ans d'être «un vieil homme qui a perdu sa pertinence». «Tu dois m'écouter. Sans moi, tu n'es rien», dit-il.

Reproches pharmaceutiques

Cette réaction agressive intervient après des propos du rappeur dans une vidéo sur TMZ, où il reproche à Martin Shkreli d'avoir fait augmenter de manière exponentielle le prix d'un médicament. Ghostface Killah a d'ailleurs réagi ironiquement à ces menaces

Le groupe new-yorkais avait fait une seule copie de son album, qui était stockée et cachée dans un coffre au Maroc jusqu'à ce que Martin Shkreli ne l'achète.

Inculpé pour fraude dans une autre affaire mi-décembre, Martin Shkreli a quitté ses fonctions de directeur général du groupe pharmaceutique américain Turing.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.