Le meurtrier du petit réfugié aurait tué un autre enfant

BerlinL'homme interpellé a avoué le meurtre de Mohamed, quatre ans, et d'un autre garçon porté disparu depuis le mois de juillet.

Des bougies et des fleurs ont été déposées près du centre d'accueil des demandeurs d'asile lors d'une veillée pour l'enfant retrouvé mort jeudi.

Des bougies et des fleurs ont été déposées près du centre d'accueil des demandeurs d'asile lors d'une veillée pour l'enfant retrouvé mort jeudi. Image: Hannibal Hanschke/Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En Allemagne, le meurtrier présumé d'un petit réfugié âgé de quatre ans a avoué l'avoir tué, ainsi qu'un autre garçon âgé de six ans. Après cet aveu, la police examinait vendredi d'autres dossiers d'enfants disparus.

«L'homme a avoué dans la nuit avoir aussi tué Elias», un enfant disparu sur une aire de jeux au pied de son immeuble à Potsdam (est) près de Berlin, a indiqué un porte-parole de la police, Stefan Redlich. L'agresseur est un homme de 32 ans. Il a reconnu des violences sexuelles sur sa deuxième victime, le petit Mohamed.

Ce dernier était venu de Bosnie-Herzégovine avec sa famille. Il avait été enlevé le 1er octobre devant le Lageso, le principal centre d'accueil et d'enregistrement des demandeurs d'asile à Berlin.

L'homme l'a ensuite «étranglé avec une ceinture» notamment parce qu'il craignait que les cris de l'enfant n'alertent le voisinage, a expliqué Michael van Hagen, le procureur de Berlin. Ce dernier s'est exprimé lors d'une conférence de presse avec la police.

Coffre de voiture

Le corps du petit Mohamed a été retrouvé jeudi dans le coffre de la voiture de son meurtrier présumé, placé dans une bassine et recouvert de litière pour chat. Après l'avoir tué, le meurtrier présumé avait dans un premier temps caché le corps dans le grenier de l'habitation qu'il partageait avec ses parents, selon Michael Von Hagen.

Le suspect a aussi expliqué que le corps du petit Elias, disparu le 8 juillet, avait été enterré dans un jardin ouvrier qu'il possède au sud de Berlin. La police a entamé des fouilles sur ce lopin de terre à Luckenwalde.

Aveu «en détail»

L'agresseur était inconnu jusqu'ici des services de police. Il a «avoué en détail» le meurtre du petit Mohamed. Il a reconnu ensuite lors de son interrogatoire «avoir tué un autre enfant, dont le nom est Elias», a précisé Heinrich Junker, le procureur de Potsdam, «mais n'a pas donné de détails» sur les circonstances de sa mort.

Employé d'une société de sécurité, il avait été arrêté après un coup de fil de sa mère à la police. Elle avait alors affirmé que son fils avait avoué un crime.

Son père l'aurait reconnu sur des images tirées d'une caméra de surveillance, selon le journal Bild. D'autres images, diffusées ultérieurement, montraient ce même homme s'approchant du Lageso où, selon Winfrid Wenzel, responsable de l'enquête policière à Berlin, il voulait distribuer des «peluches et des jouets» aux enfants de réfugiés.

Fillette disparue

Des files d'attente interminables de migrants se sont formées depuis le début de l'été devant ce centre, au point de faire la une de tous les journaux. L'Allemagne accueille des centaines de milliers de réfugiés fuyant la guerre ou la misère.

La police examine maintenant d'autres dossiers de disparitions d'enfant dans lesquelles cet homme pourrait être impliqué, en particulier celui d'une fillette de 5 ans dans une forêt de Stendal, dans l'Etat de Saxe-Anhalt (ex-RDA), le 2 mai. Les enquêteurs berlinois sont «en contact étroit» avec ceux de Stendal, a souligné le policier Winfrid Wenzel. (afp/nxp)

Créé: 30.10.2015, 17h29

Articles en relation

Un suspect arrêté pour l'enlèvement d'un petit réfugié

Berlin Un enfant de 4 ans avait disparu le 1er octobre devant un centre d'accueil. Un corps a été retrouvé dans la voiture de l'homme interpellé. Plus...

La disparition d'un petit réfugié émeut l'Allemagne

Berlin A Berlin, la police n'exclut pas la piste d'un enlèvement après la disparition d'un petit Bosniaque de quatre ans. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.