Poursuivi pour avoir tenté de vendre «Mein Kampf»

PAYS-BASUn antiquaire est poursuivi par la justice pour avoir proposé à la vente une copie du livre d'Adolf Hitler, enfreignant ainsi la loi néerlandaise.

Ci-dessus, une édition signée par Adolf Hitler mise aux enchères en juin 2005 en Grande-Bretagne par la maison Bloomsbury.

Ci-dessus, une édition signée par Adolf Hitler mise aux enchères en juin 2005 en Grande-Bretagne par la maison Bloomsbury. Image: Photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le propriétaire d'une galerie d'antiquités à Amsterdam est poursuivi par la justice pour avoir proposé à la vente une copie de «Mein Kampf» d'Adolf Hitler, acte interdit par la loi aux Pays-Bas.

Le Parquet a ainsi accusé Michiel van Eyck, le propriétaire de la galerie, d'incitation à la haine raciale et de discriminations suite à une plainte déposée l'année dernière par le Centre néerlandais d'information et de documentation sur Israël (CIDI).

«La police l'a convoqué pour comparaître devant un tribunal le 26 août», a indiqué le Parquet dans un communiqué. La décision de poursuivre Michiel Van Eyck en justice a été prise après une enquête de huit mois, le Parquet assurant que le propriétaire de la galerie désirait vendre le livre pour en retirer des bénéfices, et non «pour des raisons scientifiques ou journalistiques».

«Galerie d'art totalitaire»

Michiel van Eyck a assuré que sa «Galerie d'art totalitaire» était spécialisée dans les objets en provenance de régimes totalitaires et comprenait notamment des objets en provenance de la Russie de Staline ou de la Chine de Mao.

«Mais je propose aussi à la vente des livres comme le Journal d'Anne Frank, la bible, des statues de Lénine, de Marx ou d'autre figures historiques», a-t-il ajouté. «C'est dans ce contexte que je vends également le livre 'Mein Kampf'», a affirmé Michiel Van Eyck : «cela n'a rien à voir avec les pronazi». «Il n'y a pas besoin de cacher le passé», a-t-il également affirmé.

Un Mauvais coup de pub

Esther Voet, la directrice du CIDI, a, elle, affirmé qu'il s'agissait d'un «mauvais coup de publicité». Selon la loi néerlandaise, la vente de «Mein Kampf» avait été bannie en 1974 car le titre de référence des Nazis promeut la haine et les discriminations. Si jugé coupable, Michiel van Eyck risque 6 mois d'emprisonnement ou une amende de 7600 euros (9255 francs).

En France, un exemplaire de «Mein Kampf» daté de 1925 et illustré d'un portrait d'Adolf Hitler avait été retiré début mai d'une vente aux enchères à Paris après les protestations d'une association juive. Mi-avril, la vente d'une quarantaine d'objets nazis ayant appartenu à Hitler et Goering, qui avait suscité l'indignation de plusieurs associations juives, avait été annulée par une autre maison de ventes aux enchères après l'intervention de la ministre de la Culture.

(afp/nxp)

Créé: 20.06.2014, 20h50

Articles en relation

«Mein Kampf» retiré d'une vente aux enchères

France La maison d'enchères Pierre Bergé & Associés a annoncé qu'elle retirait de la vente un exemplaire du livre «Mein Kampf» d'Adolf Hitler, à la suite de la protestation d'une association juive qui se disait «écœurée». Plus...

Des objets nazis retirés d'une vente aux enchères

France La vente de biens ayant appartenu à Hitler et Goering a été annulée en raison de l'émoi de la communauté juive et de la ministre de la Culture Aurélie Filippetti. Plus...

Polémique sur une vente d'objets nazis à Paris

France Une association juive s'indigne de la vente aux enchères d’objets ayant appartenu à Adolf Hitler et à Hermann Goering, prévue fin avril à Paris. Elle demande son interdiction. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.