Un prêtre hindou massacré au Bangladesh

CrimeLe corps du religieux a été retrouvé dans une rivière dans l'ouest du Bangladesh. Sa tête était pratiquement détachée de son corps.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ces crimes qui visent des minorités religieuses sont attribués à des extrémistes islamistes.

Le corps d'Ananda Gopal Ganguly a été retrouvé dans une rizière près de sa maison, la tête pratiquement détachée du cou, à Noldanga, village du district de Jhenidah, a indiqué le chef adjoint de la police locale, Gopinath Kanjilal.

«Il est parti de chez lui ce matin en disant qu'il allait dans une maison hindoue pour offrir ses prières. Des paysans ont ensuite retrouvé son corps pratiquement décapité dans une rizière», a dit Kanjilal à l'AFP.

Il est trop tôt pour désigner des suspects mais «le mode opératoire du meurtre est comparable à celui employé par des islamistes locaux récemment», a-t-il ajouté.

Opposants radicalisés

Le Bangladesh est secoué par une vague de meurtres visant des intellectuels, des défenseurs de la laïcité et des membres de minorités religieuses, qui ont fait plus de 40 morts en trois ans.

Ananda Gopal Ganguly est la onzième personne tuée en un peu plus de deux mois, la plupart de ces meurtres ayant été revendiqués par l'organisation Etat islamique (EI).

Le gouvernement de Sheikh Hasina impute ces assassinats à des islamistes bangladais, niant toute présence au Bangladesh de l'EI et d'une branche d'Al-Qaïda dans le sud de l'Asie.

Selon les experts, la vague de répression ayant visé l'opposition, dont le principal parti islamiste Jamaat-e-Islami, a poussé à la radicalisation un bon nombre d'opposants.

(afp/nxp)

Créé: 07.06.2016, 07h30

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.