Ils tentent d'escroquer HSBC: prison avec sursis

France voisineDeux quinquagénaires français avaient tenté de faire chanter une succursale genevoise de la banque.

Photo d'illustration - Les deux hommes réclamaient plusieurs millions d'euros à une succursale genevoise, faute de quoi ils menaçaient de dévoiler des documents confidentiels.

Photo d'illustration - Les deux hommes réclamaient plusieurs millions d'euros à une succursale genevoise, faute de quoi ils menaçaient de dévoiler des documents confidentiels. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Deux Français, âgés de 50 et 58 ans, ont été condamnés jeudi à des peines de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Bonneville en Haute-Savoie. Ils avaient tenté de faire chanter une succursale genevoise de la banque britannique HSBC en 2012.

Un ancien responsable informatique de l'établissement financier a été condamné à deux ans de prison avec sursis. Il devra aussi s'acquitter de 2000 euros (2189 francs) d'amende. Son comparse a été condamné à un an d'emprisonnement avec sursis et mise à l'épreuve. Ils devront aussi verser un euro de dommages et intérêts à l'institut bancaire.

Arrestation rocambolesque

Les deux hommes avaient été arrêtés dans la nuit du 8 au 9 juin 2012, au cours d'une opération ayant réuni plus d'une centaine de policiers des deux côtés de la frontière franco-helvétique.

Réclamant plusieurs millions d'euros à la banque, faute de quoi ils menaçaient de dévoiler des documents confidentiels, les deux hommes avaient été arrêtés au moment de la remise de l'argent. L'un des protagonistes, qui devait traverser l'Arve pour semer ses éventuels poursuivants, avait été arrêté en tenue de plongée.

Les deux hommes avaient un casier judiciaire vierge et étaient inconnus des services de police. Ils réclamaient 5 millions d'euros, soit 4 millions pour eux et un million pour des associations caritatives genevoises.

«Pieds nickelés»

Durant l'audience, Philippe Vouland, l'un des avocats des deux prévenus, les a qualifié de «pieds nickelés» lancés «dans une spirale de malfaiteurs». «L'affaire s'est dégonflée. On s'est aperçu qu'on avait affaire à des gens qui ne sont pas dangereux», a fait valoir l'homme de loi.

Son client, licencié par HSBC, «était dans la rumination» au moment des faits, a-t-il expliqué. «Son licenciement est allé au-delà de la blessure narcissique. Il est tombé dans un véritable gouffre et a vécu un effondrement qu'il n'a pas su surmonter.»

L'ancien cadre a dit à la barre avoir été en possession de données confidentielles de clients de la banque mais les avoir détruites. «Ils ont tout reconnu», a assuré Philippe Vouland, selon qui il n'y a «aucun risque de récidive». (ats/nxp)

Créé: 17.03.2016, 19h51

Articles en relation

Des joailliers cachaient de gros comptes en Suisse

Paris Leurs noms figuraient parmi les clients de HSBC dénoncés par Hervé Falciani. Ils auraient caché plus de 46 millions de francs en Suisse. Plus...

Pas d'indemnité pour un ex-cadre d'HSBC condamné

Tribunal fédéral Condamné pour blanchiment d'argent aggravé, l'ex-cadre d'HSBC avait été impliqué dans une vaste affaire de blanchiment d'argent de la drogue entre le Maroc, la France et la Suisse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.