Femmes contraintes de se prostituer pour manger

MozambiqueEn mars, le cyclone Idai a frappé le Mozambique. Des femmes sont poussées à des rapports sexuels, faute d'accès à la nourriture.

Le cyclone Idai frappe le Mozambique.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des Mozambicaines, victimes du cyclone Idai en mars, sont contraintes à des rapports sexuels pour obtenir de l'aide humanitaire, a dénoncé jeudi Human Rights Watch (HRW), appelant les autorités à enquêter sur cette exploitation «cruelle».

Des responsables communautaires, dont certains liés au parti au pouvoir Frelimo, ont exigé auprès de victimes du cyclone d'être payés pour inclure leur nom sur la liste des bénéficiaires de l'aide humanitaire, a expliqué HRW dans un communiqué. Mais «dans certains cas, des femmes sans moyens ont été contraintes d'avoir des relations sexuelles avec des responsables locaux en échange d'un sac de riz», a ajouté l'ONG.

«L'exploitation sexuelle de femmes qui se battent pour nourrir leur famille après le cyclone Idai est révoltante et cruelle et devrait immédiatement cesser», a estimé le directeur de HRW pour l'Afrique australe, Dewa Mavhinga.

Femmes exclues

Selon une travailleuse humanitaire citée par l'ONG, des listes de distribution de l'aide humanitaire excluaient des foyers présidés par des femmes. «Dans certains villages, des femmes et des enfants n'ont pas vu de nourriture pendant des semaines. Elles feraient n'importe quoi pour obtenir de la nourriture, y compris avoir des rapports sexuels avec des hommes», a-t-elle expliqué citée par HRW.

Dans le district de Nhamatanda (centre), trois femmes interrogées par HRW ont affirmé avoir été contraintes, par des responsables locaux, de se prostituer. Quand la distribution de nourriture a débuté le 6 avril, l'une d'entre elles a constaté que son nom ne figurait pas sur la liste des bénéficiaires.

Un responsable du Frelimo s'est alors rendu à son domicile avec un sac de riz, un sac de farine et un kilo de haricots. «Quand il est arrivé, il a placé les sacs par terre et a commencé à se toucher et m'a dit que c'était maintenant à mon tour de le remercier», a témoigné la mère de famille. «J'ai dit à mes enfants d'aller chez une amie. Quand ils sont partis, j'ai couché avec lui», a-t-elle raconté, citée par HRW.

Plus de 600 morts

Le passage d'Idai dans le centre du Mozambique a fait plus de 600 morts dans le pays, et un millier au total dans la région. Il a aussi fait des centaines de milliers de sans-abri dans la zone.

Le Mozambique, pays pauvre de l'Afrique australe, devrait être frappé jeudi par un autre cyclone, Kenneth, attendu cette fois-ci dans l'extrême nord de son territoire. (afp/nxp)

Créé: 25.04.2019, 19h19

Articles en relation

Le Mozambique menacé par une tempête tropicale

Météo Dans la nuit de jeudi à vendredi, de forts vents et des pluies devraient s'abattre sur le nord du Mozambique, déjà touché en mars. Plus...

Le bilan du passage d'«Idai» frôle les 1000 morts

Afrique Le 14 mars, le cyclone «Idai» a frappé de plein fouet les côtes du Mozambique et du Zimbabwe. Le bilan des victimes continue de grimper. Plus...

Après le cyclone, la traque des aides détournées

Mozambique Les autorités mozambicaines enquêtent sur des allégations de détournement de l'assistance humanitaire reçue après les intempéries. Plus...

Axes routiers rouverts, menace d'épidémies

Cyclone au Mozambique Des axes routiers clés ont rouvert lundi au Mozambique après le passage du cyclone Idai, tandis que les ONG redoutent des épidémies. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.