Passer au contenu principal

FranceFichiers Monsanto: Bayer ne savait pas

Bayer n'avait pas connaissance des fichiers de personnalités commandés par sa filiale. Ils dataient de 2016 quand l'entreprise allemande n'avait pas encore racheté Monsanto.

France 2 a révélé jeudi soir que Monsanto aurait secrètement fiché des personnalités françaises.
France 2 a révélé jeudi soir que Monsanto aurait secrètement fiché des personnalités françaises.
AFP

Le groupe chimique allemand Bayer, propriétaire depuis 2018 de Monsanto, a indiqué vendredi à l'AFP qu'il n'avait «pas connaissance» de fichiers de personnalités commandés par sa filiale et répertoriant leur position sur les pesticides.

France 2 a révélé jeudi soir dans une enquête que le groupe américain Monsanto aurait secrètement fiché «des centaines de personnalités» en France, journalistes, politiques et scientifiques, en fonction de leur position sur les pesticides, notamment le glyphosate, utilisant parfois des informations privées.

«Concernant les fichiers évoqués dans les médias hier soir et ce matin, nous n'en avions pas connaissance», a déclaré la direction de Bayer à l'AFP. Elle souligne que les fichiers incriminés dateraient de 2016 «date à laquelle Bayer et Monsanto étaient deux groupes indépendants l'un de l'autre».

«Comme nous n'en avions pas connaissance, il ne nous est pas possible d'y apporter des commentaires», ajoute la direction du groupe allemand, qui assure accorder «une importance capitale» au respect des lois et réglementations, notamment en matière de confidentialité des données.

Selon France 2, les documents dont il est question datent de 2016. C'est durant cette année-là que la Commission européenne devait voter pour ou contre la prolongation de l'autorisation dans l'UE des herbicides à base de glyphosate.

Lors d'une assemblée générale, fin avril, les actionnaires de Bayer ont voté contre la direction du groupe, un désaveu, après le coûteux rachat en juin 2018 de Monsanto. Les investisseurs se sont notamment alarmés de la chute de près de 40% du cours de Bourse de Bayer depuis cette opération, à mesure que s'accumulaient les ennuis judiciaires pour la nouvelle entité.

La justice lance une enquête

La justice a lancé vendredi une enquête au lendemain des révélations sur un possible fichage illégal pour le géant américain Monsanto de centaines de personnalités et médias, qui ont suscité des réactions indignées.

Le parquet de Paris a annoncé avoir ouvert vendredi après-midi une enquête préliminaire à la suite de la plainte déposée le 26 avril par le journal Le Monde et un de ses journalistes, qui figurait dans les fichiers incriminés. Plusieurs personnalités et médias français ont porté plainte ou annoncé leur intention de le faire au lendemain de la révélation de l'affaire par le quotidien et France 2.

Les investigations visent les délits de «collecte de données personnelles par un moyen frauduleux, déloyal ou illicite», «enregistrement de données à caractère personnel sensible sans l'accord de l'intéressé et transfert illicite de données à caractère personnel» et de «traitement automatisé de données personnelles sans déclaration préalable à la CNIL», a précisé le parquet.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.